4 3
Edition du 29 avril 2016 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 29 avril 2016

    Espagne – Scénario macroéconomique 2016-2017 : Une croissance résiliente, mais jusqu'à quand ?

    En dépit du blocage politique depuis fin 2015, la croissance résiste au T1 2016. Elle devrait graduellement ralentir à 2,7% en 2016 et 2,2% en 2017, après le pic de 3,2% en 2015. Si l'effet positif des créations d'emplois et des prix bas de l'énergie s'estompera peu à peu, l'assouplissement quantitatif de la BCE et la bonne tenue de la demande européenne continueront à soutenir l'activité. Nous tablons sur un déblocage de la crise politique au S2 2016, mais ce risque restera latent.

  • Télécharger la publication - (PDF - 511.16 Ko)

  • Sommaire :

    - La croissance trimestrielle est restée stable à 0,8% au second semestre 2015
    - Créations d'emplois, assouplissement monétaire et pétrole bon marché sont à l origine de la reprise en 2014-2015
    - Une décélération graduelle de l'activité en 2016
    - Mais de nombreuses incertitudes font peser un risque sur la croissance

  • Extrait - Créations d'emplois, assouplissement monétaire et pétrole bon marché sont à l'origine de la reprise

    Les gains de pouvoir d'achat liés à la hausse du revenu disponible brut ont été importants, du fait du contexte déflationniste, dû dans un premier temps au maintien de la modération salariale, et renforcé par la chute des cours du pétrole ensuite. Les ménages espagnols ont aussi bénéficié, dès 2015, de mesures de baisse de l'impôt sur le revenu. Apportant une plus grande flexibilité salariale et interne aux entreprises, les récentes réformes du marché du travail ont facilité les créations d'emplois lors de la reprise de l'activité à partir de 2014, tout en maintenant la modération salariale. Ce redémarrage est, par ailleurs, porté par d'autres éléments plus conjoncturels, comme le prix faible du pétrole et surtout l'activisme de la BCE, qui a baissé les taux d'intérêt à un niveau historiquement bas et permis au secteur exportateur d'amplifier leurs gains de part de marché, hors ajustement des coûts salariaux.

  • Espagne : un effort budgétaire structurel insuffisant

    Le déficit n'a été réduit « que » de 0,8 point en 2015 et a atteint 5,1% du PIB,  au-delà de la cible de 4,2% du Programme de stabilité et de croissance 2015, reprise dans le Projet de loi de finance 2016. L'exécutif s'est largement reposé sur le cycle, interrompant son effort de hausse du solde structurel primaire, qui se stabiliserait à 0,3% du PIB en 2016.

    Espagne : un effort budgétaire structurel insuffisant
  • Thèmes associés : Economie | Europe

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous