4 3
Edition du 13 février 2017 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 13 février 2017

    Europe – L'actualité de la semaine

    La semaine dernière, les marchés ont évolué au gré de leur perception des risques politiques : repli des taux allemands et américains, effritement de l'euro, écartement des spreads souverains. La Commission européenne a publié ses prévisions d'hiver ce jour. La croissance en zone euro a été revue à la hausse à 1,6% et 1,7% respectivement pour 2017 et 2018. Pour la première fois depuis une décennie, tous les pays de la zone devraient croître au cours de trois années consécutives (2016 à 2018).

  • Télécharger la publication - (PDF - 500.48 Ko)

  • Sommaire :

    - France
    - Zone euro
    - Royaume-Uni, pays scandinaves
    - Calendrier des indicateurs

  • Extrait - Décrets, sondages, risques rampants

    En zone euro, ce sont évidemment les scénarios politiques français (et ils sont multiples) qui suscitent des inquiétudes. Les marchés, qui jusqu'à récemment tablaient sur une élection sans encombre de F. Fillon, se mettent à redouter la montée de M. Le Pen et la percée de B. Hamon. Rarement, une élection aura paru aussi ouverte : une situation que paient les taux français et ceux des pays d'Europe du Sud. Une nuance cependant. Il est certes intéressant de "prendre le pouls politique" au travers de l'élargissement avéré du spread France-Allemagne. On en oublierait (presque) de regarder les taux de rendement eux-mêmes. Les taux à dix ans français se sont redressés au point d'atteindre un point haut à 1,15% au cours de la semaine. Depuis leur point le plus bas (0,1% durant l'été 2016, période au cours de laquelle les taux allemands se situaient à -0,1% avec quelques brefs accès de faiblesse vers -0,2%), ils ont donc progressé d'environ 100 pdb.

  • R-U : composante output du PMI et production manufacturière

    La production industrielle a crû de 1,1% en variation mensuelle en décembre (4,3% sur un an), un résultat très supérieur aux attentes et qui s'explique entièrement par une forte hausse de la production manufacturière de 2,1% sur le mois. Ces chiffres viennent après un très bon mois de novembre, qui avait vu la production industrielle augmenter de 2,0%, et conduisent à une révision de l'estimation de l'output pour le T4 2016 à 0,3%.

    R-U : composante output du PMI et production manufacturière
  • Thèmes associés : Economie | Europe

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous