4 3,1
Edition du 10 juillet 2017 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 10 juillet 2017

    Europe – L'actualité de la semaine

    La semaine dernière, les achats de la BCE nous ont signalé qu'elle se trouvait déjà confrontée à quelques difficultés pour acheter des titres publics en respectant l'actuelle clé de répartition du capital, elle a dû techniquement se "rattraper" en acquérant des titres privés. Cette semaine, les chiffres de la production industrielle en zone euro au mois de mai confirmeront vraisemblablement une nette accélération de l'activité du secteur au T2.

  • Télécharger la publication - (PDF - 774.14 Ko)

  • Sommaire :

    - France
    - Zone euro
    - Royaume-Uni, pays scandinaves

  • Extrait - Banques centrales, encore et toujours

    Les achats de la BCE nous signalent qu'elle se trouve déjà confrontée à quelques difficultés pour acheter des titres publics en respectant la règle de la clé de répartition du capital et se "rattrape" en acquérant des titres privés. Mais la marge de manœuvre est étroite et ne résoudra pas le problème de rareté. Les titres privés ne constituent encore que 17,3% des achats de juin. Le respect de la clé de répartition du capital la contraint de façon croissante en raison, surtout, de la raréfaction progressive des titres allemands. L'Allemagne, la France, l'Italie, l'Espagne, les Pays-Bas, la Belgique et l'Autriche ont un poids respectivement égal à 18%, 14,2%, 12,3%, 9%, 4%, 2,5% et enfin 1,7%. Or, les achats de juin confirment, outre la rareté des titres allemands, celle des titres néerlandais. Les Banques centrales de ces deux pays (malheureusement) "vertueux" achètent actuellement un peu moins de titres que ce que la clé de répartition autorise.

  • Royaume-Uni : PMI composite et PIB

    Les enquêtes auprès des directeurs d'achat dans les services, l'industrie et la construction ont enregistré un repli au mois de juin (respectivement de 0,4 point à 53,4, de 2 points à 54,3 et de 1,2 point à 54,8). Un ralentissement prononcé des nouvelles commandes dans l'industrie (de 59 à 54,9) témoigne d'une demande intérieure affaiblie, alors que les exportations ne semblent pas en mesure d'apporter l'effet compensatoire suffisant.

    Royaume-Uni : PMI composite et PIB
  • Thèmes associés : Economie | Europe | France

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous