4 1
Edition du 30 avril 2018 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 30 avril 2018

    France – Scénario macro-économique 2018-2019 : une croissance solide en 2018-2019, malgré des difficultés de recrutement accrues

    Le PIB du premier trimestre témoigne d'un ralentissement de la croissance. Il était anticipé et se justifie par des éléments ponctuels, mais ne suggère pas que l'économie française serait en retournement cyclique. En 2018, le rythme de la croissance resterait robuste. Toutefois, la France connaît des difficultés de recrutement accrues qui révèlent à la fois un niveau d'activité désormais proche de son potentiel et un problème d'adéquation de la main d'œuvre.

  • Télécharger la publication - (PDF - 716.88 Ko)

  • Sommaire :

    - La croissance décélère au premier trimestre
    - Vers un profil trimestriel heurté en 2018
    - Difficultés de recrutement en nette hausse : où sommes-nous dans le cycle ?
    - Comment interpréter la nette accélération des difficultés de recrutement en France ?
    - Les pressions salariales demeurent cependant modérées
    - Après une accélération en 2017, la croissance s'installerait sur un rythme solide en 2018-2019, dans un contexte international toutefois plus incertain

  • Extrait :

    Comment peut-on expliquer la conjonction de difficultés de recrutement marquées et d'un taux de chômage élevé ? Depuis la crise de 2008, le taux de chômage des chômeurs de longue durée progresse. Les niveaux de compétence de ces derniers, longtemps inemployés, a sans doute eu tendance à se dégrader dans un contexte d'évolution technologique rapide. Ensuite, l'existence d'un groupe de population peu diplômé, plus difficilement employable peut également avoir contribué à renforcer la nature structurelle du chômage. En France, le taux de chômage des personnes âgée de 25 à 64 ans, sans aucune qualification, est de 16% contre 10% en Allemagne. En revanche, dans la catégorie des diplômés du supérieur l'écart n'est que de 3 points (5% contre 2%).

    À la faible employabilité d'une partie de la population active s'ajoutent également des spécificités françaises, liées notamment à un marché du travail historiquement moins flexible que dans d'autres pays limitrophes, comme l'Allemagne.

  • France : PIB et climat des affaires

    Le recul depuis le début de l'année de l'indice PMI composite et du climat des affaires de l'Insee ne doit pas se lire comme le signe anticipateur d'un retournement du cycle, mais plus comme une adaptation des anticipations à la réalité. La réalité est celle d'un cycle d'activité qui, après avoir connu une période d'accélération, se situe désormais dans une phase d'expansion.

    France : PIB et climat des affaires
  • Thèmes associés : Economie | France

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous