15
Edition du 14 février 2017 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 14 février 2017

    Maroc - Les nombreux défis d'un pays en mutation

    La forte progression du PIB par habitant en quinze ans illustre la transformation progressive du Maroc d'un pays encore assez rural à un pays un peu plus industrialisé. Mais le processus de développement se heurte aux contraintes classiques des pays émergents. Néanmoins, le Maroc bénéficie d'une bonne image de stabilité politique. Pour soutenir sa transition à moyen terme et l'accélérer, le pays devra toutefois relever de nombreux défis sociaux et de gouvernance.

  • Télécharger la publication - (PDF - 632.27 Ko)

  • Sommaire :

    - L'économie marocaine : une mutation encore lente mais volontaire
    - Données et prévisions Maroc
    - Des équilibres macro-économiques corrects malgré des fragilités
    - Des réformes pour soutenir le développement
    - Les défis de long terme de la société marocaine sont sous-estimés

  • Extrait - Des réformes pour soutenir le développement

    En 2017, le rebond de croissance prévu à 3,6% devrait faciliter la poursuite des ajustements macro-économiques. Les réformes structurelles progressent (retraites de la fonction publique, réformes fiscales). Mais l'économie reste encore trop exposée aux chocs externes et internes : la dépendance à la croissance en Europe et la vulnérabilité aux prix du pétrole. De plus, les principaux secteurs économiques traditionnels du pays sont dans une situation délicate : le secteur textile est fortement concurrencé par l'Asie, les phosphates connaissent des prix volatils liés aux matières premières et les recettes sont moins stables que par le passé, l'agriculture reste duale et nécessite des réformes pour réduire sa dépendance à l'aléa climatique, et le tourisme est vulnérable aux risques d'attentats. Les dirigeants tentent de réduire cette vulnérabilité  mais les défis sont assez élevés.

  • Maroc : PIB et solde courant

    La croissance du PIB est très volatile en raison du poids de l'agriculture et des aléas climatiques. La sècheresse va faire chuter la croissance à 1,5% en 2016. Redressement prévu à 3,6% en 2017. Le déficit du compte courant devrait se stabiliser à 2,5% du PIB.

    Maroc : PIB et solde courant
  • Thèmes associés : PECO et Asie Centrale

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous