4 4,6,3,1,2,15
Edition du 16 novembre 2018 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 16 novembre 2018

    Monde – L'actualité de la semaine

    En France, nette diminution de la production industrielle en septembre et hausse des prix à la consommation stable sur un an en octobre. En zone euro, la détérioration de la production industrielle s'étend à la plupart des secteurs au T3. Brexit, un Accord sur le retrait voit enfin le jour, mais sa ratification reste très incertaine. En Turquie, le bilan d'étape est très prudent… Qatar, amélioration conjoncturelle de l'économie qui résiste toujours bien à l'embargo.

  • Télécharger la publication - (PDF - 869.28 Ko)

  • Sommaire :

    - Une semaine dense et pénible pour les marchés
    - France : nette diminution de la production industrielle en septembre
    - France : en octobre la hausse des prix à la consommation est stable sur un an \(2,2%\)
    - Zone euro : la détérioration de la production industrielle s'étend à la plupart des secteurs au T3
    - talie : acheter du temps
    - Italie : immatriculations en baisse en octobre
    - Brexit : un Accord sur le retrait voit enfin le jour, mais sa ratification reste très incertaine
    - Turquie : bilan d étape très prudent...
    - Chine : octobre gris
    - Chine/États-Unis : la phrase de la semaine &
    - Qatar : amélioration conjoncturelle de l'économie qui résiste toujours bien à l'embargo
    - Arabie saoudite : les finances publiques s améliorent grâce à la remontée des cours du pétrole et à la nouvelle politique fiscale
    - Afrique du Sud : chute de la production minière et stagnation de la production manufacturière en septembre
    - Kenya : le Kenya et la Chine ont signé un accord sur les exportations agricoles
    - Tendances à suivre
    - Scénario économique du Groupe Crédit Agricole S.A.

  • Extrait – Brexit

    Les discussions entre Royaume-Uni et l'Union européenne (UE) ont abouti à un projet d'accord de retrait (Withdrawal agreement) que la Première ministre britannique a réussi à faire valider, mercredi, par son gouvernement. En ligne avec les projets précédents, l'accord de 585 pages prévoit une période de transition de vingt-et-un mois (du 30 mars 2019 au 31 décembre 2020) au cours de laquelle les Britanniques n'auront plus de droits de participation dans les processus de décision de l'UE, mais garderont un accès inchangé au marché unique et aux politiques européennes avec leurs droits et leurs obligations. Fait nouveau, le texte prévoit la possibilité d'étendre la transition après décembre 2020, sans stipuler de date de fin précise. Les négociations sur la future relation vont se poursuivre au cours de cette transition avec, notamment, la recherche de dispositions permettant d'éviter la mise en place d'une frontière physique entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord. En l'absence de telles dispositions à la fin de la période de transition, le filet de sécurité ("backstop") consistant à garder l'ensemble du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE et, dans une certaine mesure, dans le marché unique des biens s'appliquerait.

  • Thèmes associés : Afrique et Moyen Orient | Asie et Océanie | Economie | Europe | France | Italie | PECO et Asie Centrale

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous