4,2 4,13,6,3,1,15
Edition du 25 janvier 2019 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 25 janvier 2019

    Monde – l'actualité de la semaine

    L'UE27 doit enfin révéler ses préférences sur le Brexit. L'essence est une "étrange" menace venue des États-Unis. Les enquêtes de janvier confirment une nouvelle décélération de la croissance de la zone euro. Au Royaume-Uni, la croissance des salaires accélère lentement, mais sûrement. Les Serbes envahissent les rues contre l'autoritarisme : un parfum de déjà vécu. Au Brésil, lentement, légèrement, une petite amélioration se dessine. La Tunisie reçoit une aide financière opportune (mais préoccupante) de l'Arabie saoudite.

  • Télécharger la publication - (PDF - 1.03 Mo)

  • Sommaire :

    - Une vigilance monétaire réconfortante
    - Brexit : l'UE27 doit enfin révéler ses préférences
    - Une "étrange" menace venue des États-Unis : l'essence
    - France : climat des affaires, recul du PMI et stabilité du climat des affaires Insee en janvier
    - Les enquêtes de janvier confirment une nouvelle décélération de la croissance de la zone euro
    - Royaume-Uni : la croissance des salaires accélère lentement, mais sûrement
    - Le Parlement britannique tente de prendre le contrôle sur le Brexit
    - Russie : mouvements de capitaux et bilan politique
    - Serbie : les Serbes envahissent les rues contre l'autoritarisme : un parfum de déjà vécu
    - Chine : un ralentissement attendu
    - Brésil : lentement, légèrement, une petite amélioration se dessine
    - Tunisie : aide financière opportune (mais préoccupante) de l'Arabie saoudite
    - Maghreb : deux importantes échéances électorales
    - Afrique du Sud : la Banque centrale maintient le taux directeur à 6,75%
    - Burkina Faso : le président nomme Christophe Dabiré comme Premier ministre
    - Tendances à suivre
    - Scénario économique du Groupe Crédit Agricole S.A.
  • Extrait – Pétrole

    Un facteur, pour l'instant peu abordé dans la presse, pourrait peser sur le marché mondial du pétrole à court terme. Depuis novembre, le sud des États-Unis se noie dans une mer d'essence. Les stocks d'essence y ont fortement augmenté depuis novembre, pour atteindre un niveau jamais égalé au cours des sept dernières années. C'est une situation assez exceptionnelle qui résulte de la croissance de la production du pétrole de schiste et de son raffinage dans le sud des États-Unis. Le pétrole de schiste américain est un pétrole léger dont le raffinage produit surtout de l'essence. L'augmentation de la production de pétrole pendant le second semestre 2018 a poussé les raffineries du sud à opérer à presque 100% de leur capacité. Mais la demande en essence n'a pas crû aussi rapidement que la demande en gasoil. Le sud des États-Unis se trouve dans une situation complexe : ses stocks de gasoil sont au plus bas, alors que ceux d'essence sont au plus haut. Raffiner davantage de pétrole permettrait certes d'augmenter les stocks de gasoil, mais contribuerait aussi à la production d'essence. Cette situation de forts excédents d'essence aux États-Unis et au Texas tranche avec la pénurie au Mexique.

  • Thèmes associés : Afrique et Moyen Orient | Amérique Latine | Asie et Océanie | Economie | Europe | France | Industrie et Services | PECO et Asie Centrale

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous