4 4,5,13,6,3,15
Edition du 20 décembre 2017 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 20 décembre 2017

    Monde – Scénario macro-économique 2018-2019 : cruelle imagination...

    Alors que nous scrutons, anxieux, les signes annonciateurs de son retournement, le cycle nous étonne par sa force tranquille et sa diffusion. Il faut certainement aller chercher du côté de la grande crise financière de 2008 les ingrédients essentiels du cycle actuel. La profondeur de la crise explique que la cicatrisation soit lente et que les déséquilibres réels ne se manifestent pas encore, notamment pas sous forme d'inflation. Le cycle a encore quelques beaux trimestres devant lui. Les politiques monétaires, accommodantes malgré le resserrement tangible ou programmé, le soutiennent. La résorption des déséquilibres publics est facilitée par la faiblesse des taux d'intérêt. Ceux-ci n'ont pas de raisons de se tendre violemment.

  • Télécharger la publication - (PDF - 1.17 Mo)

  • Scénario : cruelle imagination... ... qui se tourmente sans cesse à prévenir les maux qui ne sont point encore". Le cycle réjouit par sa robustesse et sa longévité que la violence de la crise de 2008 explique certainement. La reprise se poursuit. Il n'y a pas d'urgence monétair...
  • Sommaire :

    - Pays développés – La sérénité du cycle
    - Pays émergents – Trop beau pour être vrai ?
    - Pétrole – Une année 2018 sous les meilleurs auspices
    - Politique monétaire – Il n'y a pas d'urgence monétaire
    - Taux d'intérêt – Une lente remontée
    - Taux de change – Et le gagnant est ?
    - Prévisions économiques et financières

  • Extrait :

    Les tensions inflationnistes ne menacent toujours pas. Fin 2018, l'inflation atteindrait 2,2% et 1,4% aux États-Unis et en zone euro, respectivement. Les Banques centrales ne sont pas en retard sur le cycle réel : il n'y a donc pas d'urgence monétaire. Les politiques monétaires, accommodantes malgré le resserrement tangible ou programmé, soutiennent la croissance. La résorption des déséquilibres publics est facilitée par la faiblesse des taux d'intérêt. Ceux-ci n'ont pas de raisons de se tendre violemment. Nous tablons encore et toujours sur une remontée très lente des taux longs et des taux réels qui demeureraient historiquement faibles, voire négatifs.

  • Thèmes associés : Afrique et Moyen Orient | Amérique du Nord | Amérique Latine | Asie et Océanie | Economie | Europe | PECO et Asie Centrale

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous