4,2 4,5,6,3,15
Edition du 10 juillet 2018 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 10 juillet 2018

    Monde – Scénario macro-économique 2018-2019 : la date de péremption n'approche pas dangereusement

    Malgré le resserrement des conditions financières américaines et une possible exacerbation des tensions commerciales, le retournement du cycle n'est pas imminent. Mais la belle accélération synchrone est désormais bien dépassée. La croissance est encore insolente aux États-Unis, vigoureuse en zone euro après un essoufflement temporaire, destinée à se replier dans la mosaïque émergente. Les pays émergents sont les premières victimes de la combinaison "appréciation du dollar, montée des taux américains et intensification des craintes liées au protectionnisme".

  • Télécharger la publication - (PDF - 1.17 Mo)

  • Les menaces américaines

    Malgré le resserrement monétaire américain et les menaces d'escalade protectionniste, la croissance américaine est insolente et la zone euro résiste bien. Jusqu'en 2020…

  • Sommaire :

    - Pays développés – Encore du ressort
    - Pays émergents – Léger recul de la croissance, intensification des risques
    - Pétrole – L'Arabie saoudite garante de l'équilibre pétrolier
    - Politique monétaire – Resserrements divers
    - Taux d'intérêt – Remontée très douce
    - Taux de change – L'appétit pour le dollar
    - Prévisions économiques et financières

  • Extrait :

    En zone euro, le ralentissement du premier trimestre a suscité de nombreuses questions auxquelles des réponses exagérément pessimistes, voire alarmistes, ont été fréquemment apportées. Expliqué par des exportations moins dynamiques, cet à-coup ne signale pas la fin prématurée du cycle de croissance. Ce dernier ne bute pas sur des contraintes d'offre rédhibitoires, notamment en termes de travail. Ce ne sont pas les tensions sur la main-d'œuvre qui risquent de faire dérailler la croissance. Cette dernière s'assagit et se voit menacée par des facteurs extérieurs : plus que le resserrement monétaire américain, c'est bien le risque d'escalade dans la guerre commerciale qu'il convient de craindre. Compte tenu des représailles probables, il serait exagérément ambitieux de chiffrer le coût potentiel d'une guerre dont on ne connaît pas les contours. Une guerre commerciale pénaliserait évidemment la croissance.

  • Thèmes associés : Afrique et Moyen Orient | Amérique du Nord | Asie et Océanie | Economie | Europe | Industrie et Services | PECO et Asie Centrale

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous