4 4,13,3,1,15
Edition du 7 juin 2018 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 8 juin 2018

    Monde – L'actualité de la semaine

    Faits marquants : En zone euro, le ralentissement de la croissance au T1 2018 provient avant tout des exportations. En France, déficit commercial stable en avril. Au Royaume-Uni, les PMI suggèrent un rebond de la croissance au T2, mais les perspectives restent déprimées. En Slovénie, encore un drapeau populiste sur la carte de l'Europe. Au Brésil, quelques indicateurs économiques modestement encourageants. En Iran, le retour de sanctions dures aura des conséquences économiques et sans doute politiques importantes. En Afrique du Sud, déjà la fin de la "Ramaphoria" ?
  • Télécharger la publication - (PDF - 871.17 Ko)

  • Sommaire :

    - Les taux core, semi-core et au-delà...
    - Zone euro : le ralentissement de la croissance au T1 2018 provient avant tout des exportations
    - Les enquêtes auprès des directeurs d'achat suggèrent un ralentissement au T2 en l'absence de rebond de l'activité au mois de juin
    - France : déficit commercial stable en avril
    - Royaume-Uni : les PMI suggèrent un rebond de la croissance au T2, mais les perspectives restent déprimées
    - Brexit : une proposition de solution douanière temporaire pour l'Irlande
    - Slovénie : encore un drapeau populiste sur la carte de l'Europe
    - Brésil : quelques indicateurs économiques modestement encourageants
    - Iran : le retour de sanctions dures aura des conséquences économiques et sans doute politiques importantes
    - Jordanie : les manifestations contre la vie chère font chuter le gouvernement
    - Afrique du Sud : déjà la fin de la "Ramaphoria" ?
    - Tendances à suivre
    - Scénario économique du Groupe Crédit Agricole S.A.
  • Extrait :

    La vigueur de l'économie américaine est encore (s'il en était besoin) confortée par les chiffres récents (créations d'emplois, indices ISM, etc.) qui suggèrent qu'elle pourrait croître à un rythme proche de 3% cette année. Les taux d'intérêt longs américains (2,9% à dix ans) continuent de "digérer" étonnamment facilement ces perspectives de croissance forte. Ils semblent donc ne pas intégrer le risque d'un dérapage de l'inflation (celle-ci frémit plus qu'elle ne se redresse vraiment). Ils tableraient ainsi sur l'habilité (historique…) de la Federal Reserve (réunion la semaine prochaine avec une hausse de 25 points de base attendue) à gérer un atterrissage en douceur, avant même que les tensions inflationnistes ne soient exacerbées. Et le marché actions américain de continuer sa progression.
  • Thèmes associés : Afrique et Moyen Orient | Amérique Latine | Economie | Europe | France | PECO et Asie Centrale

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous