4,2 4,13,6,15
Edition du 1er juillet 2016 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 1er juillet 2016

    Pays émergents - L'actualité de la semaine

    Les faits marquants de la semaine : En Europe centrale, l'euroscepticisme se renforce après le vote en faveur du Brexit. En Afrique du Nord, les bourses sont affectées par l'environnement peu porteur de la région. En Afrique du Sud, la croissance et le rand sont les victimes collatérales du Brexit. L'Asie émergente a réagi négativement au Brexit. Au Brésil, l'inflation... et la Banque centrale résistent. La situation du secteur pétrolier est toujours floue au Nigéria.

  • Télécharger la publication - (PDF - 489.34 Ko)

  • Sommaire :

    - Europe centrale et orientale, Asie centrale
    - Afrique du Nord, Moyen-Orient
    - Afrique sub-saharienne
    - Asie
    - Amérique latine
    - Pétrole & gaz
    - Tendances à suivre
    - Scénario économique du Groupe Crédit Agricole S.A.

  • Extrait – Pétrole : situation toujours floue au Nigéria

    Une semaine après l'annonce d'un cessez-le-feu entre le gouvernement nigérian et les miliciens du Delta, la compagnie nationale (NNPC – Nigerian National Petroleum Company) annonce une reprise de la production nationale. Les réparations effectuées sur un certain nombre d'oléoducs auraient permis de ramener la production nationale à environ 1,9 million de barils par jour, selon les autorités. La production de brut pendant le mois de mai avait chuté à environ 1,4 million de barils par jour, selon l'OPEP et l'Agence Internationale de l'Energie (AIE). L'oléoduc de Forcados opéré par Shell et attaqué le 14  février dernier n'est lui toujours pas opérationnel. Shell avait annoncé au début du mois de juin qu'aucune réparation ne serait envisagée, tant que la sécurité n'était pas améliorée. L'arrêt de cet important oléoduc prive toujours le Nigéria d'environ 250 000 barils par jour.

  • Asie : bourses

    À l'instar des autres places financières du globe, les marchés asiatiques ont senti le froid venu du Royaume-Uni. L'indice MSCI Asie a ainsi perdu 3,2% au lendemain du Brexit, sorti des urnes contre toute attente, toutefois un peu moins que dans les autres régions émergentes. À noter que les bourses coréenne, hong-kongaise, taïwanaise et singapourienne, les plus intégrées à la planète financière, ont été les plus chahutées en Asie.

    Asie : bourses
  • Thèmes associés : Afrique et Moyen Orient | Amérique Latine | Asie et Océanie | Economie | Industrie et Services | PECO et Asie Centrale

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous