4 4,13,6,15
L'actualité de la semaine - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 17 mars 2017

    Pays émergents - L'actualité de la semaine

    Les faits marquants de la semaine : En Russie, V. Poutine va-t-il rester patient ? Au Koweït, l'environnement et l'année seront un peu plus difficiles en 2017. En Côte d'Ivoire, le commerce du cacao est en crise En Chine, ça démarre (pas ?) mal ! Au Brésil, le procureur général fait une intervention spectaculaire dans l'affaire Odebrecht.

  • Télécharger la publication - (PDF - 493.59 Ko)

  • Sommaire :

    - Europe centrale et orientale, Asie centrale
    - Afrique du Nord, Moyen-Orient
    - Afrique sub-saharienne
    - Asie
    - Amérique latine
    - Tendances à suivre
    - Scénario économique du Groupe Crédit Agricole S.A.

  • Extrait – Koweït

    L'économie koweïtienne est très corrélée au pétrole, ce qui fait fluctuer le taux de croissance du PIB en fonction des cours et des volumes produits. En 2016, le pays a produit 2,9 millions de barils par jour, en hausse de 5% par rapport à 2015 ; alors que les prix du pétrole ont baissé de 52 à 43 USD en moyenne sur l'année. Malgré tout, le pays devrait réussir à maintenir son taux de croissance du PIB à 2,2%. Mais la chute des recettes budgétaires est très forte, car les recettes pétrolières fournissent 80% des recettes fiscales. Le déficit budgétaire va donc rester élevé à environ 15% du PIB. Pour y remédier, les autorités ont adopté une politique fiscale plus vigoureuse qui pourrait un peu atténuer, en 2017, le déficit à moins de 10% du PIB.

    Le Koweït est néanmoins très protégé par le faible coût d'extraction du pétrole qui lui permet de rester en situation de léger excédent courant de 0,4% du PIB en 2016, même aux cours actuels, une véritable exception dans le Golfe.

  • Mexique : soldes commerciaux

    Malgré un mauvais chiffre en janvier (-3,3 Mds USD, mais c'est en grande partie un effet saisonnier), le déficit commercial mexicain se réduit, à seulement 12,8 Mds sur un an, après un pic à 18,6 Mds en avril 2016. C'est le résultat de deux évolutions divergentes. D'une part, un déficit croissant du solde pétrolier, et d'autre part, un retour à l'équilibre du solde non-pétrolier.

    Mexique : soldes commerciaux
  • Thèmes associés : Afrique et Moyen Orient | Amérique Latine | Asie et Océanie | Economie | PECO et Asie Centrale

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous