4 4,13,6,15
Edition du 16 juin 2017 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 16 juin 2017

    Pays émergents - L'actualité de la semaine

    Les faits marquants de la semaine : L'UE met devant leurs responsabilités les pays d'Europe centrale refusant les migrants. En Algérie, la croissance reste toujours fortement déséquilibrée. La Zambie se dirige vers la signature d'un accord d'aide avec le FMI. L'immobilier est en perte de vitesse en Chine. Au Brésil, les réformes sont engluées dans la crise politique.

  • Télécharger la publication - (PDF - 791.61 Ko)

  • Sommaire :

    - Europe centrale et orientale, Asie centrale
    - Afrique du Nord, Moyen-Orient
    - Afrique sub-saharienne
    - Asie
    - Amérique latine
    - Tendances à suivre
    - Scénario économique du Groupe Crédit Agricole S.A.

  • Extrait – Algérie

    L'Algérie, archétype du pays rentier qui a mal anticipé les conséquences de la chute des prix du pétrole et des recettes pétrolières de 50% en 2015 et 2016 sur ses grands équilibres macro-économiques, est en proie depuis plusieurs années à une dégradation brutale des soldes commerciaux et courants de la balance des paiements.

    Traditionnellement très excédentaire jusqu'en 2013, la balance courante accuse des déficits qui se creusent dangereusement à 17% du PIB en 2015 et 2016 (soit environ 35 Mds USD). Ce déficit devrait demeurer élevé à plus de 13% du PIB en 2017. C'est une légère amélioration due principalement à la remontée des cours du pétrole et aux restrictions aux importations. La croissance reste donc particulièrement déséquilibrée et ceci pourrait, à terme, peser sur la dynamique de croissance du PIB qui reste bonne à ce stade. Cette croissance devrait légèrement décélérer à 2,5% du PIB en 2017.

  • Brésil : prix à la consommation

    Les prix à la consommation n'ont augmenté que de 0,31% m/m en mai (après +0,14% en avril), ce qui ramène l'inflation à 3,6% a/a, nettement dans la fourchette objectif de la Banque centrale. Ce nouveau ralentissement est dû à la modération des prix alimentaires (+2,4% a/a), mais aussi, et c'est sans doute le plus important, à celle des services, dont la hausse des prix revient au-dessous de 6% a/a pour la première fois depuis août 2008.

    Brésil : prix à la consommation
  • Thèmes associés : Afrique et Moyen Orient | Amérique Latine | Asie et Océanie | Economie | PECO et Asie Centrale

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous