4 4,13,6,15
Edition du 3 novembre 2017 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 3 novembre 2017

    Pays émergents – L'actualité de la semaine

    Les faits marquants de la semaine : Les dernières statistiques turques sont très encourageantes en ce qui concerne l'économie réelle, mais se dégradent dans le domaine monétaire. En Israël, les indicateurs économiques favorables permettent le désendettement. Moody's met en garde l'Afrique du Sud sur la soutenabilité de sa dette. Un net rebond de la croissance du PIB en Corée du Sud. Réformes structurelles en Argentine : S&P revoit à la hausse la note souveraine.

  • Télécharger la publication - (PDF - 674.67 Ko)

  • Sommaire :

    - Europe centrale et orientale, Asie centrale
    - Afrique du Nord, Moyen-Orient
    - Afrique sub-saharienne
    - Asie
    - Amérique latine
    - Tendances à suivre
    - Scénario économique du Groupe Crédit Agricole S.A.

  • Extrait : Turquie, des analystes divisés

    Les dernières statistiques turques sont très encourageantes en ce qui concerne l'économie réelle, mais se dégradent dans le domaine monétaire.
    Ainsi, du côté de la croissance, tous les indicateurs pointent une relative solidité de la demande (visible notamment dans les ventes au détail) mais aussi de l'offre, avec par exemple, une augmentation de la production électrique qui reflète un redémarrage assez solide de l'activité. Il est notable également dans la bonne tenue des exportations. Au final, la croissance sera donc cette année supérieure à 5%, et on est loin des prévisions faites il y a un an, moment où l'inflexion à la baisse était très nette. L'amplitude de la révision de prévision est certes très forte, mais il faut dire et rappeler qu'il y a eu entre-temps une révision statistique majeure, qui laisse douter de la visibilité réelle que nous avons sur cette économie…

  • Israël : dettes publique et externe

    Le solde courant, resté très excédentaire depuis dix ans grâce aux transferts de la diaspora, permet une baisse régulière de la dette externe. De leur côté, les déficits budgétaires, maîtrisés entre 2% et 3% du PIB chaque année, entraînent une diminution du ratio de dette publique sur PIB depuis dix ans. Après un pic à 95% en 2003, il devrait passer sous la barre des 60% cette année.

    Israël : dettes publique et externe
  • Thèmes associés : Afrique et Moyen Orient | Amérique Latine | Asie et Océanie | Economie | PECO et Asie Centrale

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous