4 3
Edition du 14 avril 2017 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 14 avril 2017

    Royaume-Uni - La solidité de la consommation va-t-elle durer ?

    La "résilience" de l'économie britannique au cours de la période qui a suivi le référendum a surpris de nombreux observateurs. Certains en ont conclu un peu rapidement que "le Brexit n'avait eu aucun effet sur l'économie". Avancer cette idée revient cependant à omettre volontairement que le Brexit n'a pas encore eu lieu. Nous n'en sommes encore qu'au tout début des négociations, qui ont officiellement commencé le 29 mars 2017. Les principaux effets du référendum se sont pour l'instant manifestés via les taux de change.

  • Télécharger la publication - (PDF - 475.83 Ko)

  • Sommaire :

    - Les ménages ont dépensé davantage, beaucoup emprunté et moins épargné
    - Le rebond anticipé de l'inflation devrait peser sur la consommation des ménages
    - Les risques autour de nos prévisions

  • Extrait – Les ménages ont dépensé davantage, beaucoup emprunté et moins épargné

    Le résultat du référendum a été un véritable choc pour les marchés et a provoqué une forte baisse du climat des affaires, mais celle-ci a été temporaire et a laissé intacts les chiffres de croissance du PIB. Plusieurs facteurs permettent d'expliquer cela. La période d'incertitude politique qui a suivi la démission de D. Cameron n'a pas été aussi longue que cela n'était craint initialement, T. May ayant été désignée assez rapidement au poste de Premier ministre. La BoE a assoupli sa politique monétaire de manière significative en août 2016. L'implication plus importante du Parlement dans le processus du Brexit a sans doute également conforté l'idée selon laquelle un Brexit pourrait être finalement évité ou pourrait au moins conduire à un accord favorable au maintien du Royaume-Uni dans le marché unique, avant que le discours de T. May en janvier et le Livre blanc du gouvernement en février ne diminuent fortement la probabilité d'un tel scénario.

  • Royaume-Uni : revenu disponible brut réel

    La solidité de la consommation des ménages au second semestre 2016 s'est produite en dépit d'une baisse du pouvoir d'achat. Le revenu disponible brut réel a baissé à la fois au T3 (-0,3%) et au T4 2016 (-0,4%), en raison de la montée des pressions inflationnistes combinée à une quasi-stagnation du revenu nominal brut disponible.

    Royaume-Uni : revenu disponible brut réel
  • Thèmes associés : Economie | Europe

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous