4 3
Edition du 19 avril 2018 - Crédit Agricole S.A.
  • Agrandir la police
  • Rétrécir la police
  • Partagez cet article
  • Imprimer cette page
  • Edition du 19 avril 2018

    Royaume-Uni – Scénario 2018-2019 : perspectives au T1-2018

    Depuis la signature en décembre dernier d'un accord préliminaire sur le divorce, les négociations sur le Brexit ont avancé. Les Britanniques ont fini par assouplir quelque peu leurs lignes rouges sans que cela n'entraîne de crise politique majeure. De son côté, l'UE a su faire preuve de souplesse tout en restant ferme sur ses principes fondamentaux. Un accord sur une période de transition a été conclu en mars. Toutefois, le plus dur reste à faire, avec la question irlandaise à régler d'ici juin.

  • Télécharger la publication - (PDF - 1.98 Mo)

  • Sommaire :

    - Synthèse de notre scénario : nos prévisions de croissance revues à la hausse
    - Focus : Brexit, quelle relation future ?
    - Dernières évolutions conjoncturelles
    - La trame de notre scénario

  • Extrait – Brexit : des progrès certes, mais le plus dur reste à faire

    Theresa May a pris un virage vers une approche plus pragmatique visant à garantir l'accès le plus large possible au marché unique, sans menacer de rompre les négociations. Elle a assoupli son discours et fait des concessions à l'UE sans que sa légitimité soit contestée. Les avancées les plus significatives des négociations sont, selon nous, d'une part, l'accord (conditionnel) sur une période de transition et, d'autre part, l'ambition des deux côtés de négocier un accord de libre-échange sans tarifs douaniers et incluant les services. Autre progrès important, l'accord sur une solution de dernier recours concernant l'Irlande du Nord. Compte tenu de l'engagement pris par le gouvernement britannique (absence de frontière entre les deux Irlande), il pourrait être contraint d'opter pour une union douanière avec l'UE, voire même pour le maintien dans le marché unique, à défaut d'autres solutions réalistes. Le chemin pour y parvenir sera ardu mais n'est pas hors de portée, surtout après le changement de position du Labour en faveur d'une union douanière.

  • R-U : indices PMI, pas d'accélération à court terme selon les enquêtes

    Les indices PMI se sont détériorés au T1, aussi bien dans l'industrie que dans les services, les chutes de neige du mois de mars ayant pesé sur l'activité. Les nouvelles commandes ont enregistré leur plus faible rythme de hausse depuis juin 2017. Les indices PMI suggèrent une croissance proche de 0,3% au T1 après 0,4% au T4, en ligne avec notre prévision révisée.

    R-U : indices PMI, pas d'accélération à court terme selon les enquêtes
  • Thèmes associés : Economie | Europe

Abonnement

Suivez l'actualité économique!

Secteurs, zones géographiques, vidéos, graphiques... l'information économique
adaptée à vos besoins !

Abonné(e) ? Connectez-vous