France – Travail temporaire : tendances à mi-mars 2018

France – Travail temporaire : tendances à mi-mars 2018
  • Tendances à mi-mars 2018
  • Approche macro-économique
  • Marché du travail
  • Entreprises de travail temporaire

En résumé

L'année 2017 s'est achevée sur un sentiment favorable au regard des réalisations de fin d'année supérieures aux plus hauts de 2007. 2018 a ouvert dans la même note du moins pour les volumes. À fin février 2018, l'indice de confiance des chefs des entreprises de travail temporaire pour l'activité des trois prochains mois reste dans une zone où l'emporte une majorité significative d'opinions favorables.

France – Travail temporaire : tendances à mi-mars 2018

Les segments industriels sont diversement affectés. Depuis le rebond d'avril 2009, l'essentiel de l'augmentation des effectifs intérimaires constatée dans l'industrie (+80,9%, +146 811 intérimaires) a été absorbé par le segment des produits manufacturés (50,0% des intérimaires), celui des équipements électriques (12,8%) et celui du matériel de transport (22,8%), ces secteurs ayant été très pénalisés durant la phase de repli (mars 2008-2009). Dans le même temps, les effectifs absorbés par le secteur du BTP ont progressé plus modérément (+38,9%). La progression dans les services (+88,5%) est un peu supérieure à celle observée dans l'industrie. En termes de variation mensuelle des effectifs : dans l'industrie, les IAA (4,4%) se distinguent favorablement, à l'inverse les "utilities" (-9,7%) connaissent un repli ; le BTP se replie ; le secteur des transports se détache au sein du tertiaire qui est moins affecté que l'industrie.

Bernard MONSIGNY, Ingénieur-Conseil Etablissements de Santé

Extrait de la publication

France – Travail temporaire : tendances à mi-mars 2018
Graphique : France : population intérimaire

Depuis le dernier point bas - soit depuis soixante-deux mois - le marché a connu vingt-deux mois de baisse et quarante mois de progression. À fin décembre 2017, les effectifs s'élevaient à 804 400 intérimaires, soit un niveau supérieur de 1,1% à celui de septembre dernier et supérieur de 41,4% aux effectifs d'octobre 2012 (dernier point bas). Sur les trois derniers mois, on dénombre trois mois de progression.