Royaume-Uni – Brexit : des avancées significatives, mais le plus dur reste à faire

Royaume-Uni – Brexit : des avancées significatives, mais le plus dur reste à faire
  • Sur quoi le Royaume-Uni et l'Union européenne se sont-ils mis d'accord ?
  • Les points de divergence significatifs à régler
  • Un assouplissement supplémentaire des lignes rouges est-il possible ?
  • Le risque de « no-deal » a baissé, mais n'a pas disparu

En résumé

Des progrès significatifs ont été réalisés dans le cadre des négociations sur le Brexit au cours des dernières semaines. Les principales avancées consistent en la traduction en termes juridiques des engagements politiques pris lors de l'accord préliminaire sur le divorce du 8 décembre dernier. Ils concernent la facture du divorce et les droits des ressortissants britanniques et de l'UE. Les négociateurs se sont de plus mis d'accord sur un accord de principe pour une période de transition.

Royaume-Uni – Brexit : des avancées significatives, mais le plus dur reste à faire

La question de la frontière terrestre entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande nécessite la conciliation d'objectifs et d'intérêts politiques contradictoires, tout en ayant des implications significatives pour la relation future entre l'UE et le Royaume-Uni, pour la relation entre les deux Irlande et pour l'intégrité du marché unique britannique lui-même. Dans le respect de l'accord de paix de Belfast, le gouvernement britannique s'est engagé à ne pas mettre en place de frontière physique entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord et à ne créer aucune barrière réglementaire sur l'île d'Irlande afin de continuer à favoriser la coopération entre le nord et le sud. Simultanément, il souhaite sortir de l'union douanière, du marché unique et contrôler la circulation des personnes, ce qui implique la mise en place d'une frontière entre le Royaume-Uni et l'UE.

Slavena NAZAROVA, Economiste - Royaume-Uni, Pays scandinaves et Irlande