France – Compétitivité et parts de marché

France – Compétitivité et parts de marché
  • Les symptômes d'un déficit de compétitivité
  • Les racines du déficit de compétitivité
  • Une amélioration des comptes des sociétés non financières
  • Un rattrapage des parts de marché qui tarde à s'enclencher

En résumé

La France présente les symptômes d'un déficit de compétitivité. Le tassement de la part des exportations françaises dans les exportations mondiales et un déficit commercial persistant en sont des illustrations. Ils sont le reflet de faibles performances à l'exportation et d'importations dynamiques. Depuis le début des années 2000, le commerce extérieur a quasi systématiquement contribué négativement à la croissance en France.

France – Compétitivité et parts de marché

En dépit de ces évolutions récentes encourageantes, les parts de marché françaises au sein de la zone euro tardent à enclencher un rattrapage. Les parts de marché françaises au sein de la zone euro ont connu une période de relative stabilité entre 2008 et 2013 avant de s'éroder de nouveau. En outre, la capacité des producteurs locaux à répondre à la demande domestique, mesurée par le taux de pénétration des importations de biens et services, est un autre indicateur de compétitivité qui tarde aussi à s'améliorer. Plusieurs pistes peuvent être avancées pour justifier la persistance de ces médiocres performances à l'exportation comme l'érosion de la base industrielle française au cours des années 2000, une forte concentration de l'appareil exportateur français, des produits qui pâtissent d'un rapport qualité/prix défavorable.

Ludovic MARTIN, Economiste

Extrait de la publication

France – Compétitivité et parts de marché
France : l'effort relatif de marge

L'effort de marge est défini comme le rapport entre la compétitivité-prix et la compétitivité-coût. Un ratio supérieur à 100 implique une progression plus rapide des prix que des CSU par rapport à l'année de base. À l'inverse, lorsque le ratio est inférieur à 100, les CSU ont augmenté plus vite, les exportateurs ont alors dû comprimer leurs marges.