France - Travail temporaire : tendances à fin juillet 2018

France - Travail temporaire : tendances à fin juillet 2018
  • Tendances à fin juillet 2018
  • Approche macro-économique
  • Marché du travail
  • Entreprises de travail temporaire

En résumé

À fin mai 2018, les effectifs s'élevaient à 832 500 intérimaires, soit un niveau inférieur de 1,0% à celui de février dernier et supérieur de 46,3% aux effectifs d'octobre 2012 (dernier point bas). Sur les cinq premiers mois de l'année 2018, le chiffre d'affaires moyen des entreprises de travail temporaire est supérieur de 12,8% à celui de la même période en 2017. Cette évolution résulte d'un effet mix-prix favorable et d'effectifs en progression (12,1%).

France - Travail temporaire : tendances à fin juillet 2018

Les segments industriels sont diversement affectés. Depuis le rebond d'avril 2009, l'essentiel de l'augmentation des effectifs intérimaires constatée dans l'industrie (+90,5%, +164 104 intérimaires) a été absorbé par le segment des produits manufacturés (50,0% des intérimaires), celui des équipements électriques (12,9%) et celui du matériel de transport (21,5%), ces secteurs ayant été très pénalisés durant la phase de repli (mars 2008-2009). Dans le même temps, les effectifs absorbés par le secteur du BTP ont progressé plus modérément (+52,8%). La progression dans les services (+84,8%) est également en léger retard sur celle observée dans l'industrie. En termes de variation mensuelle des effectifs : dans l'industrie, les industries manufacturières (-2,0%) en repli résistent mieux que les IAA (-2,5%) ; le BTP se replie ; le secteur des services divers résiste mollement au sein du tertiaire qui souffre plus que l'industrie.

Bernard MONSIGNY, Ingénieur-Conseil
France - Travail temporaire : tendances à fin juillet 2018
France : population intérimaire

Depuis le dernier point bas – soit depuis soixante-sept mois – le marché a connu vingt-deux mois de baisse et quarante-cinq mois de progression. À fin mai 2018, les effectifs s'élevaient à 832 500 intérimaires, soit un niveau inférieur de 1,0% à celui de février dernier et supérieur de 46,3% aux effectifs d'octobre 2012 (dernier point bas). Sur les trois derniers mois, on dénombre deux mois de progression.