Italie – Conjoncture : la pression monte

  • Synthèse : la pression monte
  • Macroéconomie : au ralenti
  • Finances publiques : le défi
  • Secteur bancaire : le mal est fait
  • Panorama conjoncturel au 22 octobre 2018

En résumé

L'impact des facteurs de risque extérieurs s'est matérialisé au premier semestre induisant un ralentissement de l'économie italienne plus prononcé que celui des autres pays européens. L'activité a progressé de 0,2% au deuxième trimestre, freinée par la baisse de la demande étrangère bien que moins marquée qu'en début d'année. La demande intérieure a contribué positivement à la croissance grâce à l'investissement privé, qui devrait rester soutenu jusqu'à la fin 2018.

Extrait de la publication

Italie – Conjoncture : la pression monte
Italie : contributions à la croissance du PIB

Au T2 2018, la croissance a été portée par la demande intérieure, notamment l'investissement.