France – Scénario 2019-2020 : pouvoir d'achat plus dynamique, mais nette dégradation des indicateurs

France – Scénario 2019-2020 : pouvoir d'achat plus dynamique, mais nette dégradation des indicateurs
  • Synthèse
  • Focus : crise des gilets jaunes
  • Les tendances récentes de l'activité
  • Scénario : pouvoir d'achat plus dynamique, mais nette dégradation des indicateurs

En résumé

En France, la croissance a nettement ralenti par rapport à l'an passé. A l'issue de la publication du PIB du T3, l'acquis de croissance atteint 1,5% en 2018, contre +2,3% en 2017. En effet, le premier semestre a été décevant, la croissance s'étant ensuite légèrement raffermie au T3. Toutefois, cette dernière devrait retrouver un rythme plus modéré en fin d'année, compte tenu notamment de l'effet de la crise des "gilets jaunes". Au-delà, on prévoit une croissance annuelle qui conserverait un rythme assez similaire en 2019 (+1,6%).

France – Scénario 2019-2020 : pouvoir d'achat plus dynamique, mais nette dégradation des indicateurs

Les perspectives de la consommation des ménages demeurent dépendantes du calendrier de mise en place des mesures fiscales et sociales. En 2019, elle accélèrerait ponctuellement (+1,9%, après +0,9% en 2018), compte tenu de la mise en place des mesures annoncées dans le sillage de la crise des gilets jaunes. Ces mesures représentent environ 10 Mds € et sont ciblées sur les salariés et retraités à revenus modestes et moyens. Elles vont permettre un gain de pouvoir d'achat supplémentaire marqué de 0,7% en 2019. En 2020, la croissance de la consommation des ménages ralentirait, compte tenu notamment d'une modération du rythme des créations d'emplois. L'investissement des sociétés non financières poursuivrait sa progression pour la 6e année consécutive, compte tenu de la dynamique de la valeur ajoutée et des profits des entreprises et d'un coût du crédit très bas. Nous révisions toutefois à la baisse nos anticipations, compte tenu d'une dégradation des enquêtes de conjoncture. L'investissement des entreprises progresserait de 3,7% en 2018, puis 4,6% en 2019, après 5,2% en 2017.

Ludovic MARTIN, Economiste