Monde - L'actualité de la semaine

Monde - L'actualité de la semaine
  • Le bruit et la rumeur
  • Zone euro : une amélioration de la balance commerciale en demi-teinte au T3
  • Allemagne : une croissance moins pessimiste qu attendu au T3
  • Italie : nouvel indicateur basé sur Twitter
  • Italie : baisse de la production industrielle au T3
  • Espagne : Pedro Sánchez résoudra-t-il le puzzle résultant des élections ?
  • R-U : récession évitée au T3, mais la demande intérieure reste faible
  • R-U : l'inflation tombe à 1,5% en octobre, tirée vers le bas par les prix de l'énergie
  • R-U : signes de ralentissement dans le marché du travail
  • Turquie : quelle reprise ?
  • Hongrie : le bras de fer entre Bruxelles et Budapest se concrétise financièrement
  • Tunisie : Ghannouchi, chef du parti islamiste, nommé président du Parlement
  • Égypte : la légère hausse des réserves soutient la valeur de la livre
  • Liban : baisse des réserves en devises et apparition d'un marché noir de la livre
  • Une croissance économique résistante en Afrique sub-saharienne, malgré les incertitudes de la conjoncture internationale
  • Tendances à suivre

En résumé

En zone euro, l'amélioration de la balance commerciale est en demi-teinte au T3. En Allemagne, la croissance est moins pessimiste qu'attendu au T3. Au Royaume-Uni, la récession est évitée au T3, mais la demande intérieure reste faible. Quelle reprise en Turquie ? Le bras de fer entre Bruxelles et Budapest se concrétise financièrement. En Tunisie, le chef du parti islamiste est nommé président du Parlement. La croissance économique est résistante en Afrique sub-saharienne, malgré les incertitudes de la conjoncture internationale.

Monde - L'actualité de la semaine

Le PIB du Royaume-Uni a crû de 0,3% au T3, après une contraction de 0,2% au T2. C'est le solde extérieur qui a le plus contribué à la croissance (1,2 point de pourcentage) grâce à un rebond des exportations (5,2%) et une quasi-stagnation des importations (0,2%). La demande intérieure, en particulier l'investissement et les variations de stocks, a pesé sur la croissance. L'investissement productif a été stable sur le trimestre, tandis que l'investissement public a chuté de 1,8%. L'important stockage qui a eu lieu au T1, avant la date initiale du Brexit, ne s'est pas répété au T3 en amont de la date du 31 octobre. Les variations de stocks ont contribué pour -0,9 point de pourcentage à la croissance. Enfin, la consommation privée a continué de croître modérément (0,4% sur le trimestre), sur fond de hausse des revenus réels. La consommation publique reste aussi relativement soutenue (0,3%).

Slavena NAZAROVA, Economiste - Royaume-Uni, Pays Scandinaves et Irlande