Monde – L'actualité de la semaine

Monde – L'actualité de la semaine
  • Des marchés à moitié satisfaits
  • La BCE met clairement sur la table la question de l'efficacité de la politique monétaire
  • Zone euro : nouvelle déception sur les chiffres de la production industrielle au mois de juillet
  • France : léger rebond de la production industrielle en juillet
  • Royaume-Uni : une récession au troisième trimestre pourrait être évitée
  • Royaume-Uni : résilience du marché du travail et accélération de la rémunération
  • Turquie : chantage aux réfugiés
  • Turquie : un léger mieux sur la croissance
  • Ukraine : la feuille de route du nouveau gouvernement
  • Inde : la croissance en berne
  • Mexique : le « trilemme » budgétaire
  • Egypte : l'économie poursuit son redressement en 2019
  • Oman : les améliorations économiques tardent à venir
  • Tendances à suivre

En résumé

Des marchés à moitié satisfaits. La BCE met clairement sur la table la question de l'efficacité de la politique monétaire. Zone euro : nouvelle déception sur les chiffres de la production industrielle en juillet, sauf en France où léger rebond. Royaume-Uni : une récession au troisième trimestre pourrait être évitée ; résilience du marché du travail et accélération de la rémunération. Turquie : chantage aux réfugiés et un léger mieux sur la croissance. Ukraine : la feuille de route du nouveau gouvernement. Inde : la croissance en berne. Mexique : le « trilemme » budgétaire. Egypte : l'économie poursuit son redressement en 2019. Oman : les améliorations économiques tardent à venir.

Monde – L'actualité de la semaine

Turquie : le chantage aux réfugiés. Le président turc demande aux États-Unis d'ouvrir une zone de sécurité en Syrie, dans laquelle il pourrait envoyer un million de réfugiés, sur les 3,6 millions actuellement présents en Turquie. Si ce n'est pas le cas, aurait déclaré Erdogan, la Turquie pourrait ouvrir grand la porte vers l'Europe. En soulignant que les 6,7 Mds USD versés par cette dernière depuis 2015 – correspondant à l'accord passé alors avec Ankara pour gérer la crise des réfugiés – n'étaient pas suffisant pour gérer cette population. La triangulaire que le président turc est en train de créer ne va pas être facile à résoudre. En effet, la question de l'immigration est cruciale politiquement pour l'Europe, et, dans une période où elle essaie de se réorganiser institutionnellement, une nouvelle crise des réfugiés est absolument à éviter. Quant aux États-Unis, la relation a été très tendue avec la Turquie depuis plusieurs années, et la création d'une telle zone ne se ferait sans doute pas sans concessions militaires importantes.

Tania SOLLOGOUB, Economiste