Espagne – Enjeux politiques : l'élection de tous les possibles

Né d'une motion de censure

  • La Catalogne encore, la Catalogne toujours
  • Nationalisme, souverainisme : le nouveau clivage ?
  • La gauche contre la droite
  • Un amer retour à la réalité
  • La "España vacia" mettra-t-elle fin au bipartisme ?
  • Entre le règne des indécis et l'art du compromis 

En résumé

Le 28 avril prochain, les Espagnols seront appelés aux urnes. Moins de dix mois après la première motion de censure réussie dans l'histoire de la démocratie espagnole, ce rendez-vous électoral marquera le lancement d'un marathon qui se soldera par les élections européennes, autonomes et municipales du 26 mai.

Espagne – Enjeux politiques : l'élection de tous les possibles

Avec 30% d'intentions de vote, le parti de Pedro Sanchez est en tête dans les enquêtes d'opinion. Il est suivi du PP (entre 19 et 21%) et de Ciudadanos (15%) qui enrayent difficilement leur chute dans les sondages. Unidos Podemos et Vox le parti d'extrême-droite qui pourrait être l'invité surprise de l'assemblée ferment la marche avec 14,3% et 9,5%. Si les scores de Pedro Sanchez sont confirmés, le parti socialiste devra composer avec d'autres formations pour assurer une majorité de 176 députés. Deux choix s'offrent à lui. Il peut se tourner vers son aile gauche, mais une coalition avec Unidos Podemos risque de ne pas atteindre la majorité et le contraindra à s'appuyer sur les partis régionaux. Alternativement, il peut se tourner vers le centre. Une coalition avec Ciudadanos à l'image du compromis avorté de 2016 obtiendrait une majorité de sièges. Ce scénario reste le plus probabl,e malgré les démentis d'Albert Rivera (leader de Ciudadanos) qui, pour le moment exclut toute alliance avec Pedro Sanchez. »

Sofia TOZY, Economiste

Extrait de la publication

Espagne – Enjeux politiques : l'élection de tous les possibles
Infographie - Elections espagnoles

Qui sont-ils, quelles sont les tendances ? En bref et en image, coup d’œil sur les élections espagnoles.