Monde – L'actualité de la semaine

Monde – L'actualité de la semaine
  • « Extension du domaine de la lutte » ?
  • Zone euro : quel bilan d'activité pour ce premier trimestre ?
  • France : taux de chômage en légère baisse au premier trimestre 2019
  • Italie : réduction des postes vacants et rebond des commandes
  • Italie : Match reporté sur les finances publiques, les marchés joueront la mi-temps
  • Grèce : manoeuvre compliquée pour Alexis Tsipras à deux semaines des élections européennes et locales
  • Pays Bas : croissance robuste au T1
  • Europe centrale et orientale : la compétitivité du coût de la main-d'oeuvre reste assez forte
  • Chine : guerre commerciale avec les États-Unis, le danger de la contagion
  • Chine : des chiffres (plus que) mitigés
  • Argentine : un bon chiffre d'inflation mensuelle. Et alors ?
  • Moyen-Orient Afrique du Nord : les dégradations de ratings s'apaisent mais ne sont pas encore terminées
  • Bahreïn : l'aide du Golfe arrive enfin
  • République du Congo : accord historique entre le Congo et la Chine pour une restructuration de dette
  • Afrique du Sud : victoire de l'ANC aux élections générales
  • Tendances à suivre

En résumé

Zone euro, quel bilan d'activité pour le T1 ? France, taux de chômage en légère baisse. Italie : Match reporté sur les finances publiques, les marchés joueront la mi-temps. Grèce, manoeuvre compliquée pour Alexis Tsipras. Pays-Bas, croissance robuste au T1. Europe centrale et orientale, la compétitivité du coût de la main-d'oeuvre reste assez forte. Chine : guerre commerciale avec les États-Unis, le danger de la contagion. Argentine, un bon chiffre d'inflation mensuelle. Moyen-Orient et Afrique du Nord, les dégradations de ratings s'apaisent mais… Bahreïn, l'aide du Golfe arrive enfin. Congo, accord historique avec la Chine pour une restructuration de dette. Afrique du Sud, victoire de l'ANC aux élections générales.

Monde – L'actualité de la semaine

Chine : guerre commerciale avec les États-Unis, le danger de la contagion. Alors que les hausses de tarif entre Chine et États-Unis ont encore gagné en intensité cette semaine, le risque que l'affrontement auquel se livrent les deux puissances déborde le seul domaine commercial constitue le véritable danger. Pékin a en effet directement répliqué à la hausse des droits de douanes annoncée par les États-Unis vendredi dernier, à hauteur de 25% sur 200 milliards d'importations chinoises supplémentaires. L'annonce des mesures de rétorsion adoptées par la Chine sur 60 milliards d'importations américaines, qui entreront en vigueur le 1er juin, a entraîné la chute des indices boursiers américains comme asiatiques (S&P 500 : -2,4%, NASDAQ : -3,1%, Topix : -2,1%). La Chine sait pourtant qu'elle pourrait vite se heurter à l'asymétrie du rapport de force en matière commerciale : ses importations en provenance des États-Unis ne représentent que 150 milliards USD (dont 110 milliards sont déjà affectés par les tarifs), contre 540 milliards d'importations chinoises à destination des États-Unis. Pourtant, côté américain, la stratégie de protectionnisme commercial agressive n'est pas sans coût économique non plus.

Sylvain LACLIAS, Economiste