Monde – l'actualité de la semaine

Monde – l'actualité de la semaine

- Des marchés inquiets malgré (ou à cause) de la Fed
- Italia First : le cheval de Troie de la Chine dans l'UE ?
- Zone euro : de sérieux doutes sur la croissance du premier trimestre 2019
- Zone euro : semaine de clémence chez les agences
- Pays-Bas : la coalition de Mark Rutte perd sa majorité au sénat
- Kazakhstan : ça bouge enfin ?
- Brésil : petites déceptions, grands espoirs
- Egypte : une balance des paiements sous le signe de la stabilité en 2019
- Arabie : entrée en déflation « technique » début 2019
- Angola : Eni découvre de nouveaux gisements pétroliers offshore
- Afrique : 47 milliards de dollars, la nouvelle somme allouée pour financer le climat
- Tendances à suivre
- Scénario économique du Groupe Crédit Agricole S.A.

En résumé

Des marchés inquiets malgré (ou à cause) de la Fed. Italia First : le cheval de Troie de la Chine dans l'UE ? Zone euro : de sérieux doutes sur la croissance du T1 2019 et semaine de clémence chez les agences. Pays-Bas : la coalition de Mark Rutte perd sa majorité au sénat. Kazakhstan : ça bouge enfin ? Brésil : petites déceptions, grands espoirs. Egypte : une balance des paiements sous le signe de la stabilité en 2019. Arabie : entrée en déflation « technique » début 2019. Angola : Eni découvre de nouveaux gisements pétroliers offshore. Afrique : 47 milliards de dollars, la nouvelle somme allouée pour financer le climat.

Monde – l'actualité de la semaine

Zone euro : de sérieux doutes sur la croissance du premier trimestre 2019 Les enquêtes d'activité en zone euro suggèrent un ralentissement de la croissance au premier trimestre. Les deux premières économies de la zone ressortent comme étant dans une situation économique moins favorable qu'au précédent trimestre. L'activité industrielle demeure la principale inquiétude en raison du déclin tendanciel des commandes et notamment de celles à l'exportation. L'espoir d'une reprise de l'activité automobile ne s'est pas concrétisé et la demande extérieure s'affaiblit davantage. Le ralentissement de l'activité mondiale en raison de la guerre commerciale entre les États-Unis, la Chine, et l'Europe pèse sur la confiance des entreprises. Les incertitudes sur les modalités de sortie du Royaume-Uni de l'Union jouent également un facteur baissier dans les anticipations des agents qui demeurent plus prudents dans leurs dépenses et leurs investissements.

Paola MONPERRUS-VERONI, Economiste