France – Projet de loi de finances pour 2020 : le déficit public est ramené à 2,2% du PIB

France – Projet de loi de finances pour 2020 : le déficit public est ramené à 2,2% du PIB
  • Les grandes priorités du PLF 2020
  • Une croissance économique qui résiste en 2019 et 2020
  • Un déficit public 2019 au-delà de 3% du PIB
  • Un déficit public 2020 réduit à 2,2% du PIB
  • Les principales mesures nouvelles en recettes en 2020
  • Les principales mesures en dépenses en 2020
  • Stabilisation du ratio de dette publique
  • Commentaires

En résumé

Le gouvernement a présenté le 27 septembre son projet de loi de finances pour 2020. Le déficit public est ramené à 2,2% du PIB en 2020 après 3,1% en 2019. Le ratio de dette publique est quasi stable, à 98,7% du PIB. Cette réduction du déficit s'explique en bonne partie par la disparition des effets de la bascule CICE / baisse de charges. Hors ces effets, le solde public est en très légère baisse, de 0,1%. Les allègements fiscaux, 12 milliards environ, sont affectés en priorité au soutien au pouvoir d'achat.

France – Projet de loi de finances pour 2020 : le déficit public est ramené à 2,2% du PIB

Soutien au pouvoir d'achat des ménages : En 2020, les baisses de prélèvements sur les ménages atteignent 9 milliards d'euros, dont 5 milliards au titre de l'impôt sur le revenu et 3,7 pour la nouvelle tranche d'exonération de la taxe d'habitation. S'y ajoutent la ré-indexation des retraites inférieures à 2 000 € sur l'inflation et la reconduction de la prime exceptionnelle versée par les entreprises. Au total, ces mesures de soutien permettent un gain de pouvoir d'achat de 12 milliards d'euros en 2020, après un gain du même ordre en 2019, permis par le plan de soutien post-crise des Gilets jaunes. Par ailleurs, l'emploi va bénéficier des réformes mises en place, loi travail, réforme de la formation professionnelle, de l'apprentissage, etc. Jouent également le plan d'investissement dans les compétences et la bascule CSG / baisse de charges (qui atteignent 10 points au niveau du Smic). L'emploi salarié marchand resterait ainsi en hausse marquée, 160 000 créations d'emploi après 230 000.

Olivier ELUERE, Economiste