Allemagne – Où va l'excédent courant ?

Allemagne – Où va l'excédent courant ?
  • Où en est l'excédent courant allemand ?
  • Qui participe à cet excédent ?
  • Où va cet excédent et sous quelle forme ?
  • Les raisons de cet excédent et les moyens de le réduire ?

En résumé

Les excédents courants allemands demeurent au-dessus de 6% du PIB depuis 2010, alimentant ainsi une position extérieure nette des plus élevées au monde. Nous analysons dans cette publication quels sont les agents qui participent à cette accumulation de créances nettes vis-à-vis du reste du monde, mais aussi vers où et sous quelles formes elles se dirigent. Nous verrons également que ces excédents puisent leurs origines dans des causes structurelles et qu'il est, par conséquent, difficile d'orchestrer leur réduction à court terme.

Allemagne – Où va l'excédent courant ?

En termes de position extérieure nette, l'Allemagne est le deuxième pays au monde, derrière le Japon. Elle atteint 57,4% du PIB en 2018, contre 59,7% au Japon. C'est le pays qui a connu la plus forte progression de sa position extérieure nette depuis 2007. Les États-Unis ont une position extérieure nette négative à hauteur de 39% du PIB. Ils ont surtout connu une évolution défavorable de leurs passifs depuis 2007, tandis que leurs actifs sont restés de taille équivalente. Le Japon dispose de la position extérieure nette positive la plus importante. La taille de ses actifs est bien supérieure à celle de son passif depuis 2007 et il a augmenté de 10 points de PIB son excédent extérieur depuis la crise. Enfin, la Chine dispose également d'une position extérieure nette positive, mais décroissante depuis 2007, et la taille de ses actifs extérieurs reste relativement modeste au regard de son PIB (57% en 2017).

Philippe VILAS-BOAS, Economiste