Monde – L'actualité de la semaine

Monde – L'actualité de la semaine
  • Négociations et attente anxieuse
  • BCE : le passé n'est pas que le passé, il est aussi le futur
  • Fonds européens : gare à l'enthousiasme excessif
  • France : projet de loi de Finance 2021, enclencher la relance dès que possible
  • Allemagne : l'emploi industriel est lui aussi fortement affecté par cette crise
  • Allemagne : redoubler de vigilance pour mieux contrôler l'épidémie
  • Espagne : prolongation des ERTE
  • Italie : les comptes d'agents
  • Royaume-Uni : l'ONS confirme la baisse du PIB de près de 20% au deuxième trimestre
  • Russie : des chiffres décevants pendant l'été
  • Pologne : remaniement du gouvernement, la crise évitée mais la problématique demeure
  • Asean : quels impacts de la Covid-19 sur les comptes courants ?
  • Arabie saoudite : l'endettement public est un peu plus élevé qu'il n'y paraît
  • Koweït : un nouvel émir coopté au sein de la famille
  • Maroc : le PIB se contracte de 14,9% au second trimestre
  • Angola : vers une plus grande participation de la Chine à l initiative d'allégement de la dette ?
  • Conflit Azerbaïdjan-Arménie : une dynamique très grave d'escalade
  • News géopolitiques
  • Tendances à suivre

En résumé

Négociations et attente anxieuse. BCE : le passé n'est pas que le passé, il est aussi le futur. Fonds européens : gare à l'enthousiasme excessif. France : projet de loi de Finance 2021, enclencher la relance dès que possible. Allemagne : l'emploi industriel est lui aussi fortement affecté par cette crise. Espagne : prolongation des ERTE. Italie : les comptes d'agents. Royaume-Uni : l'ONS confirme la baisse du PIB de près de 20% au T2. Russie : des chiffres décevants pendant l'été. Pologne : remaniement du gouvernement. Asean : quels impacts de la Covid-19 sur les comptes courants ? Arabie saoudite : l'endettement public est un peu plus élevé qu'il n'y paraît. Koweït : un nouvel émir coopté au sein de la famille. Angola : vers une plus grande participation de la Chine à l'initiative d'allégement de la dette ? Conflit Azerbaïdjan-Arménie : une dynamique très grave d'escalade.

Monde – L'actualité de la semaine

La baisse du PIB britannique sur la première moitié de l'année est exceptionnelle du fait qu'il s'agit d'une contraction record dans un laps de temps extrêmement court puisqu'en réalité la baisse de l'activité a été concentrée en mars et en avril. Mais il ne faut pas perdre de vue que cette récession s'inscrit dans le prolongement d'un ralentissement de l'économie britannique qui pré-datait la pandémie, comme le révèle le profil de croissance de la demande intérieure avec ses cinq trimestres de baisses consécutives. Le ralentissement de la croissance des ménages est particulièrement frappant puisque d'une variation trimestrielle moyenne de 0,9% en 2016, elle est passée à 0% en moyenne courant 2019. Les vives incertitudes liées au Brexit semblent expliquer en grande partie ce ralentissement, alors que le marché du travail était resté jusqu'à la crise actuelle proche du plein emploi.

Slavena NAZAROVA, Economiste - Royaume-Uni, Pays scandinaves et Irlande