L'innovation, de la vigne au verre

L'innovation, de la vigne au verre

L'innovation, de la vigne au verre

De la vigne au verre, la filière viticole et vinicole n’est pas restée étrangère à la révolution technologique qui impacte toujours plus d’aspects de notre quotidien. Une nécessité quand on sait que la France est le premier pays exportateur mondial en valeur et possède le troisième vignoble mondial avec 793 000 hectares. En quelques années à peine, des centaines d’entreprises et de start-up ont créé de nouvelles solutions : robotisation, capteurs connectés, intelligence artificielle, nouveaux modèles de commercialisation…

                     

La WineTech se structure en France

C’est à l’occasion du salon Wine Paris, qui s’est tenu en février dernier, que 35 start-up ont annoncé se fédérer dans la WineTech pour promouvoir l’innovation dans le secteur du vin. Le but ? Conquérir de nouveaux investisseurs et accélérer la croissance des jeunes pousses au sein d’un marché mondial de plus en plus concurrentiel.

Une initiative qui semble salutaire si l’on met en regard le poids du secteur en France avec le fait que les acteurs qui ont levé le plus de fonds sont étrangers, comme Vivino (Danemark) qui propose de scanner les étiquettes des bouteilles pour consulter les avis associés et qui a levé 56 millions de dollars, ou Coravin (États-Unis) qui permet de se servir un verre sans déboucher la bouteille et qui a levé 64,3 millions de dollars.

                 

L’innovation au service de la viticulture

L’innovation irrigue tout d’abord la viticulture qui évolue dans ses pratiques culturales afin de répondre au défi de la réduction des intrants pour une culture qui demeure sensible aux aléas climatiques. Plusieurs jeunes pousses sont positionnées sur ce créneau afin d’aider les viticulteurs dans leur quotidien.

Les solutions robotiques au service de l’agriculture sont nombreuses. Naïo Technologies (start-up hébergée par le Village by CA Normandie) a ainsi créé TED, un robot autonome pour le désherbage viticole, alternative aux herbicides traditionnellement utilisés. Vitibot a, pour sa part, conçu un robot enjambeur 100% électrique (10 heures d’autonomie) capable aussi bien de travailler le sol que d’assurer le traitement des vignes : plusieurs exemplaires sont déjà utilisés en Champagne. Moins visibles dans les vignes, les outils d’aide à la décision sont également de précieux alliés pour les viticulteurs, à l’instar de Vintel® par ITK, afin d’organiser la stratégie de protection des vignes contre certaines maladies spécifiques. Les stations météos connectées et les capteurs qui y sont associés (suivi de l'humectation, de la température de l'air et de l'hygrométrie) sont également un moyen performant permettant d’anticiper le déclenchement des moyens de lutte contre le mildiou ou le gel. Enfin, dans les airs, Scanopy propose un service de cartographie de la vigne par drone permettant de piloter les interventions sur le terrain : les images recueillies sont analysées pour construire un modèle 3D de la parcelle associé à la production d’indices agronomiques (surface foliaire, vigueur…).

                  

De nouveaux canaux de distribution

Plus en aval, l’innovation bouscule également les canaux de distribution traditionnels représentés par les cavistes et les grandes et moyennes surfaces (GMS) : e-commerce, abonnement de box de vin, marketplace… L’idée sous-jacente est de réinventer l’expérience d’achat et de simplifier la chaîne de valeur grâce au digital.

Caviste authentique (Alumni du Village by CA) réunit, par exemple, sur un portail Internet une sélection de cavistes indépendants qui stockent et expédient directement au consommateur les bouteilles qu’il a sélectionnées. L’idée sous-jacente étant d’avoir accès à une sélection rigoureuse des vins par des cavistes, mais avec un nombre de références plus important qu’un seul caviste pourrait le faire. De son côté, Le Petit Ballon propose de rénover l’expérience d’achat en guidant le consommateur dans ses choix à l’appui d’une classification par goût et d’un algorithme de recommandation, supports des bouteilles envoyées au client dans une box sur abonnement. Autre innovation, TWIL, acronyme de « The Wine I Love », derrière lequel on retrouve une plateforme mettant directement en relation les producteurs et les consommateurs permettant ainsi de réduire les intermédiaires.

Par ailleurs, alors que la crise du COVID-19 a entraîné la fermeture de l’ensemble des restaurants, cafés, bars et directement impacté les exportations de vins, la vente en ligne permet de maintenir un contact avec le consommateur. Ainsi, Les Grappes a choisi d’élargir en avril sa foire aux vins de printemps pour soutenir les vignerons et les accompagner dans la distribution de leurs vins alors que leur production était condamnée à rester au domaine.

                    

L’innovation au service du consommateur

Enfin, de nombreuses start-up se positionnent afin d’aider le consommateur à faire son choix et maîtriser les codes de la dégustation.

WineAdvisor est une application française qui dispose d’une fonction de scan d’étiquettes complétée d’une fonction de gestion de cave. À l’appui de la reconnaissance de l’étiquette, l’application propose notamment la fiche technique du vin, et des recommandations d’accords mets et vins recommandés. Dans un autre registre, mais toujours au service du consommateur, MyBacchus (Village by CA Atlantique Vendée) propose Bacchus One, un objet connecté qui permet de suivre la conservation de son vin en définissant les conditions optimales de conservation (luminosité, température…) et de dégustation.

Les solutions innovantes au service de la viticulture et de la viniculture sont donc nombreuses. Pour autant, elles peinent encore à se faire une place au sein d’un secteur réputé traditionnel.

         

Arnaud REY – arnaud.rey@credit-agricole-sa.fr