Russie : Max Weber, syndrome eurasien et bons d'achat

Russie : Max Weber, syndrome eurasien et bons d'achat
  • Ne pas confondre le régime russe avec un parti anti-système
  • Une fatigue politique évidente dans la gestion du vote mais un texte plus complexe qu'un simple coup d'État constitutionnel
  • En fait, pourquoi les Russes ont-ils voté ?
  • Notre opinion

En résumé

En Russie, le résultat du référendum constitutionnel est sans la moindre surprise, il est adopté à une large majorité et ouvre donc à Vladimir Poutine la possibilité de renouveler deux fois son mandat, et de rester au pouvoir jusqu'en 2036. Ce qui était moins évident était le taux de participation, que l'opposition espérait faible. A 77,9%, ce n'est pas le cas. Mais les experts s'accordent à noter que les irrégularités ont été nombreuses et surtout particulièrement visibles. Elles ont donné l'impression que le gouvernement n'y était même pas attentif. Et c'est cela qui interpelle !

Russie : Max Weber, syndrome eurasien et bons d'achat

L'analyse de ce vote ne se résume pas seulement à la distribution de bons d'achats en période Covid… Il est probable que les Russes qui ont véritablement voté (et la participation a tout de même été importante en comparaison avec d'autres pays) l'ont fait pour ces trois points à la fois : préserver la stabilité politique, inscrire des valeurs conservatrices dans les textes, et y inscrire aussi des valeurs plus « soviétiques » de sécurité économique et de protection des plus faibles.

Tania SOLLOGOUB, Economiste