France – Immobilier résidentiel : évolutions récentes et perspectives 2020-2021

France – Immobilier résidentiel : évolutions récentes et perspectives 2020-2021
  • L'essentiel
  • Evolutions récentes
  • Freins à la reprise
  • Facteurs favorables

En résumé

De mi-mars à mi-mai 2020, la plupart des ménages ont été confinés, les agences immobilières fermées, les chantiers en grande partie stoppés. D'où un quasi-blocage du processus d'achat d'un logement ancien et neuf et une forte baisse des ventes. Le déconfinement devrait permettre un redémarrage « technique » à partir du troisième trimestre. Au-delà, avec des fondamentaux favorables mais aussi plusieurs facteurs négatifs, la reprise du marché sera graduelle.

France – Immobilier résidentiel : évolutions récentes et perspectives 2020-2021

La reprise du marché sera assez graduelle. Plusieurs « fondamentaux » du marché restent clairement favorables. Les facteurs structurels de soutien restent présents : démographie, préparation de la retraite, et surtout effet valeur-refuge, renforcé par la crise sanitaire et les turbulences des marchés. Le modèle français du crédit habitat est prudent, avec des risques contenus. Les taux de crédit devraient rester bas et attractifs. La capacité d'achat reste acceptable et les prix ne sont pas surévalués en France. En sens inverse, plusieurs facteurs vont peser sur le marché. D'abord, la hausse prévue du chômage et la dégradation de la confiance des ménages. Ensuite, l'insuffisance de l'offre dans le neuf, qui va s'aggraver avec un très net recul des permis de construire au deuxième trimestre. Enfin, un risque de léger resserrement des conditions d'octroi de crédit, avec une légère réduction de la durée des crédits et un taux d'apport un peu plus élevé.

Olivier ELUERE, Economiste