Italie – Un marché du travail gelé en 2020

Italie – Un marché du travail gelé en 2020

En résumé

Parallèlement au repli de l'activité de 8,9%, le taux de chômage a baissé en 2020. Ce qui pourrait sembler paradoxal trouve son explication dans les mesures extraordinaires de soutien de l'emploi déployées par le gouvernement. Dès le début de la crise, le dispositif de chômage partiel (Cassa d'integrazione, CIG) a été généralisé. Au régime ordinaire, les premiers décrets d'urgence ont introduit un dispositif dérogatoire qui a permis d'étendre la couverture à l'ensemble des PME ainsi qu'aux indépendants.

Italie – Un marché du travail gelé en 2020

La crise sanitaire a également eu pour conséquences de générer un effet d'éviction d'une partie des actifs du marché du travail. Cette fuite d'actifs (taux d'inactifs à 35,9%) masque mécaniquement une partie des effets de la crise sur le taux d'emploi qui baisse d'un point par rapport à 2019 à 58,1% mais aussi sur le taux de chômage à 9,2%. Les catégories les plus vulnérables, telles que les femmes, les jeunes et les précaires, observent la plus forte hausse du taux d'inactivité. Parmi les raisons qui expliquent cette remontée de l'inactivité, les enquêtes indiquent une hausse du nombre de personnes qui se disent découragées (+85 000, +6,4% en un an). Les raisons familiales (+85 000, +2,9%) et la poursuite de la scolarité sont également invoquées, mais la hausse la plus importante est liée à l'urgence sanitaire et ce qu'elle implique (peur de la contamination, manque de visibilité par rapport à l'épidémie, report de l'entrée sur le marché du travail ; ce facteur compte pour +19%).

Sofia TOZY, Economiste