Monde – Scénario macro-économique 2021-2022 : une sortie de crise en ordre (très) dispersé

Monde – Scénario macro-économique 2021-2022 : une sortie de crise en ordre (très) dispersé
  • Pays développés – En ordre (très) dispersé
  • Pays émergents – De vieilles blessures dans un monde nouveau
  • Pétrole – L'OPEP+ reste incontournable
  • Politique monétaire – La souplesse reste de rigueur
  • Taux d'intérêt – Surdité (passagère) des marchés
  • Taux de change – Avantage circonstanciel au dollar
  • Prévisions économiques et financières

En résumé

Alors que les États-Unis s'apprêtent à caracoler en tête, la zone euro, au sein de laquelle les pays empruntent des trajectoires de reprise elles-mêmes hétérogènes, est à la traîne et la fragmentation du monde émergent se poursuit. À une Fed s'affichant sereine face à la remontée des taux d'intérêt longs s'oppose une BCE plus préoccupée. Une fois la poussée inflationniste dissipée, l'accommodation monétaire permet néanmoins d'espérer une remontée moins "désordonnée" et plus graduelle des taux longs, n'en déplaise au "reflation trade".

Monde – Scénario macro-économique 2021-2022 : une sortie de crise en ordre (très) dispersé

L'évolution de la pandémie, les progrès de la couverture vaccinale et l'ampleur des soutiens publics à l'activité continuent de motiver les prévisions de croissance. Dopée par l'adoption d'un plan de relance massif et l'avancée de la vaccination, la croissance américaine pourrait s'établir à 5,1% en 2021 et 3,8% en 2022. Si les ménages dépensent une partie plus substantielle qu'anticipé de l'épargne accumulée involontairement, la consommation et la croissance pourraient excéder notre prévision qui n'intègre pas en outre l'impact du projet d'investissements dans les infrastructures de l'administration Biden, susceptible de rehausser la croissance prévue en 2022. Dans la zone euro, motivé par une révision à la baisse au premier semestre liée aux dégâts de la pandémie suivie d'un rebond à l'été, notre scénario retient une croissance plus modeste (4%) pour 2021 mais aussi pour 2022 (4,1%). Le différentiel de croissance entre la zone euro et les autres grandes économies avancées se creuse et la fragmentation intra-zone persiste. La France et l'Allemagne retrouveraient leur niveau de PIB pré-crise à la mi-2022 ; l'Italie et l'Espagne seraient encore en deçà fin 2022. Mais s'il existe une ligne de démarcation nette, c'est bien celle qui sépare les pays développés de ceux du monde émergent au sein duquel s'affirme, en outre, la tendance à la fragmentation.

Catherine LEBOUGRE, Economiste