Royaume-Uni – Où en est-on avec l'inflation ?

Royaume-Uni – Où en est-on avec l'inflation ?
  • Hausse encore timide de l'inflation en ce début d année
  • Point sur l'impact de la pandémie sur l inflation britannique
  • L'inflation devrait dépasser la cible de 2% plus tard cette année

En résumé

La pandémie a eu un impact désinflationniste moins prononcé que la chute de l'activité et l'ampleur des capacités non-utilisées pouvaient le suggérer. Une hausse des coûts unitaires de production semble en partie responsable. Des facteurs temporaires expliquent en grande partie la baisse du taux d'inflation depuis le début de la crise. Le taux d'inflation devrait augmenter fortement au T2 2021 en raison de la dissipation de ces facteurs. Il devrait dépasser légèrement la cible en fin d'année (prévision à 2,2% au T4), soutenu par le renforcement anticipé de la reprise. En 2022, la dissipation des facteurs temporaires devrait faire cristalliser le "vrai" impact de la pandémie sur les pressions inflationnistes sous-jacentes. Une modération du taux d'inflation vers la cible devrait avoir lieu.

Royaume-Uni – Où en est-on avec l'inflation ?

La hausse du coût de l'énergie fait s'emballer les prix à la production. Si l'accélération des prix à la consommation est restée limitée en janvier, les prix des matériaux et des carburants utilisés dans la production manufacturière (prix des inputs) montrent quant à eux clairement un fort rebond : le taux d'inflation PPI a progressé à 1,3%, depuis 0,6% en décembre. Il s'agit du deuxième mois consécutif en territoire positif, après dix mois d'inflation négative entre février et novembre 2020. C'est en dépit d'une appréciation du taux de change de la livre sterling (+1,3% en termes effectifs en janvier) qui a pesé sur l'inflation des inputs importés (matériaux et pétrole). Le plus gros contributeur au rebond de 0,7 point de pourcentage (pp) de l'inflation PPI en janvier a été le prix du pétrole (0,4 pp), suivi par les prix des métaux et des minerais non-métalliques (0,2 pp) et les produits chimiques (0,1 pp). L'inflation des prix des outputs reste négative à -0,2%, mais en hausse depuis -0,5% en décembre.

Slavena NAZAROVA, Economiste - Royaume-Uni, Pays scandinaves et Irlande