Monde – Scénario macro-économique 2021-2022 : des trajectoires tristement divergentes

Monde – Scénario macro-économique 2021-2022 : des trajectoires tristement divergentes
  • Pays développés – Oser se réjouir (au moins un peu)
  • Pays émergents – Une reprise inégale
  • Pétrole – Retour de l'Iran
  • Politique monétaire – Pas d'urgence absolue
  • Taux d'intérêt – "Cette fois-ci, c'est différent"
  • Taux de change – Avantage temporaire au dollar
  • Prévisions économiques et financières

En résumé

Avant de livrer des diagnostics hâtifs sur les séquelles certainement durables mais encore peu visibles (et peu lisibles) de la crise, on peut à court terme se réjouir : la croissance se révèle et s'annonce plus soutenue. L'enthousiasme se limite néanmoins au monde développé, tant l'univers émergent reste fragmenté. Plus précoce, le resserrement monétaire américain resterait graduel et mesuré : tapering d'abord, taux ensuite et pas avant 2023. Il ne devrait pas entraîner de tempêtes sur les marchés.

Monde – Scénario macro-économique 2021-2022 : des trajectoires tristement divergentes

En zone euro, malgré l'amélioration des perspectives économiques et la réduction des risques, la BCE conservera une politique monétaire très accommodante au cours des prochains mois en procédant notamment à une expansion en montant et en durée du PEPP, supposé se terminer en mars 2022, jusqu'à la fin de 2022. Les taux obligataires souverains européens resteraient très bas et sont même susceptibles de s'effriter durant l'été (baisse de la volatilité, opérations de portage, annonce faite en juin par la BCE d'un rythme d'achat de titres "nettement plus élevé" prolongé jusqu'au T3, importante liquidité du système bancaire). Notre scénario retient un taux de rendement allemand à dix ans à -0,20% fin 2021 et -0,10% fin 2022 couplé à des spreads des pays "non super core" encore serrés.

Catherine LEBOUGRE, Economiste