Pays émergents – Transition énergétique : bilan des émissions CO2 & premières analyses

Pays émergents – Transition énergétique : bilan des émissions CO2 & premières analyses

La transition en désordre des Émergents
Asie : la bataille du climat se jouera surtout à l'est
Amérique latine : pas les pires et surtout, bien d'autres soucis en tête
Moyen-Orient Afrique du Nord : trop de CO2, mais une forte volonté pour le réduire
Turquie et Russie : un virage vert convaincu, mais forcé...
Afrique sub-saharienne : de faibles émissions de CO2, mais une forte vulnérabilité

En résumé

Dans le domaine climatique, sanitaire ou macro-économique, le monde des émergents est de plus en plus fragmenté. En ce qui concerne la transition énergétique, c'est particulièrement le cas, à la fois en termes d'émissions carbone, de vulnérabilité face aux accidents climatiques, mais aussi de moyens financiers, institutionnels ou politiques pour affronter la transition. Les recettes valables pour les pays avancés ne seront donc pas toujours les bonnes pour les moins avancés, et chaque pays va surtout devoir faire son diagnostic et trouver les solutions locales pour construire le changement. En revanche, la prise de conscience climatique semble faite, enfin, au niveau de tous les gouvernements.

Pays émergents – Transition énergétique : bilan des émissions CO2 & premières analyses

Les pays émergents s'engagent donc dans la décarbonation tels qu'ils sont, à savoir de plus en plus hétérogènes (la pandémie accentue la fragmentation) et en ordre dispersé, en fonction de leurs ressources, de leurs contraintes financières et politiques. Pour les plus touchés par le danger climatique, l'urgence est évidemment financière. Ainsi, le Forum des plus vulnérables, formé en 2009 à l'initiative des Maldives, met sur la table de la COP26 à la fois le non-respect de leurs engagements par les pays plus avancés – censés verser 100 milliards de dollars d'aides par an à partir de 2020 – mais aussi leur responsabilité historique. Les cinquante pays du groupe réclament une aide importante et qu'elle soit versée par le FMI.

Tania SOLLOGOUB, Economiste