Corée du Sud – Tout schuss

Corée du Sud – Tout schuss

Corée du Sud – Tout schuss

Depuis le déclenchement de la crise de Covid-19, la Corée du Sud impressionne par sa gestion sanitaire, sa résilience puis sa trajectoire de reprise. Au-delà du conjoncturel, le pays s’est également engagé dans un vaste plan de relance, le Korean New Deal, qui vise à raviver la croissance potentielle en s’attaquant aux problèmes structurels de l’économie.

Récession modérée, reprise accélérée

La Corée du Sud a connu une récession modeste en 2020 (-0,9%), grâce à une gestion sanitaire efficace de la pandémie de Covid-19 ayant permis de limiter son impact sur l’activité et notamment la consommation des ménages.

La croissance devrait dépasser 4% en 2021, portée notamment par les exportations de produits électroniques, dont la demande a explosé ces derniers mois. Au deuxième trimestre 2021, le commerce extérieur a ainsi contribué pour plus de la moitié à la croissance. Après un démarrage très lent de la campagne vaccinale, qui exposait le pays à de nouvelles vagues de contaminations (liées au variant Delta notamment), le rythme s’est accéléré et 75% de la population est maintenant partiellement vaccinée. Cela devrait soutenir la consommation privée, qui n’a pas encore totalement retrouvé son niveau d’avant-crise, mais qui pourrait servir de réservoir de croissance potentielle pour 2022. L’investissement, qui accusait un sérieux ralentissement depuis 2017, a également renoué avec une croissance soutenue et largement dépassé son niveau de 2019.

La mise en place d’un vrai policy mix

Fin août, la banque centrale (BoK) a procédé à une première hausse de son taux directeur de 25pb (à 0,75%) afin de contenir la hausse de l’endettement des ménages coréens (alimentée par les tensions sur les prix de l’immobilier) et l’accélération de l’inflation (2,6% en août contre 0,6% en janvier). Une nouvelle hausse de taux (25pb) pourrait probablement intervenir avant la fin de l’année. L’objectif de la BoK est de revenir à son niveau de taux pré-crise (1,25%) dès le première semestre 2022, afin d’anticiper le durcissement de la politique monétaire américaine.

Côté budgétaire au contraire, le gouvernement a dévoilé un projet de loi de finances pour 2022 plutôt expansionniste. Celui-ci prévoit un déficit de 2,6% (contre 4,4% en 2021) et une dette publique de 50,2% du PIB (contre 47,3% en 2021). Il s’inscrit dans le sillage du Korean New Deal, ce vaste plan de relance visant à transformer l’économie coréenne pour la rendre plus digitale, plus verte et plus inclusive.

Le Korean New Deal : régler les problèmes structurels du passé, lancer l’économie coréenne 2.0

Malgré des performances de croissance dynamiques, la Corée est confrontée à des problèmes économiques de fond, tant du côté de l’offre que de la demande. Côté offre, le manque de compétitivité des PME, leurs difficultés à se développer et à se renforcer face aux chaebols qui monopolisent le secteur exportateur.

Le taux d’investissement avait ainsi décéléré entre 2017 et 2019, laissant craindre le développement d’une sorte de rente de situation autour de leurs activités, et d’un ralentissement encore plus net de la recherche et développement et de l’innovation. 

Côté demande, malgré une politique sociale assez offensive menée par le président Moon (hausse du salaire minimum notamment), les failles structurelles demeurent, notamment sur le marché du travail. Le taux d’emploi, en particulier chez les jeunes, est ainsi un des plus bas de l’OCDE. Le risque était donc de voir la croissance potentielle progressivement s’étioler, d’autant que cette dernière était déjà contrainte par un endettement assez lourd des entreprises, mais surtout des ménages.

Rompant avec une tradition d’austérité en matière de politique budgétaire, le Korean New Deal, ce vaste plan de relance visant à relancer l’économie coréenne, cherche justement à s’attaquer à ses faiblesses structurelles. Ce programme, chiffré à 190 Mds de dollars (10% du PIB) prévoit en effet la création de 2,5 millions d’emplois d’ici 2025, le renforcement du filet de sécurité sociale ou encore l’accroissement de l’employabilité des jeunes. Côté offre, l’accent est mis sur la transition digitale – développement des cours de programmation dans les universités, modernisation des administrations publiques, partenariats publics-privés dans les secteurs de pointe (notamment les batteries) – et écologique (développement d’un système de mesure des émissions de dioxyde de carbone ainsi qu’un programme de réduction de ces émissions à l’attention de l’industrie). De quoi normalement soutenir la croissance potentielle à moyen terme. 

Notre opinion – Plutôt connue pour son orthodoxie budgétaire (la dette publique coréenne est jusqu’à présent demeurée sous les 50% du PIB, bien en-dessous de la moyenne des autres pays de l’OCDE), la Corée du Sud est en train de mettre en place les bases d’un vrai policy-mix qui tire parti du contexte économique international : une politique monétaire qui, sans être restrictive, devient moins accommodante, afin d’envoyer le signal d’une normalisation totale de l’économie, et une politique budgétaire plus expansionniste, en partie financée par une croissance portée par le commerce extérieur.

La Corée 2.0 se veut plus verte, plus digitale, mais surtout plus redistributive, vis-à-vis des jeunes ou des PME qui ont de fait peu ou moins profité de l’ouverture du pays. Un défi de taille, car le pays a pris du retard dans ce domaine, mais qui vaut la peine d’être relevé.

 

Article publié le 1er octobre 2021 dans notre hebdomadaire Monde – L’actualité de la semaine

Corée du Sud – Tout schuss

Plutôt connue pour son orthodoxie budgétaire, la Corée du Sud est en train de mettre en place les bases d'un vrai policy-mix qui tire parti du contexte économique international : une politique monétaire qui, sans être restrictive, devient moins accommodante, afin d'envoyer le signal d'une normalisation totale de l'économie, et une politique budgétaire plus expansionniste, en partie financée par une croissance portée par le commerce extérieur.

Sophie WIEVIORKA, Economiste - Asie (hors Japon)