Monde – Scénario macro-économique 2021-2022 : qui de l'œuf ou de la poule...

Monde – Scénario macro-économique 2021-2022 : qui de l'œuf ou de la poule...
  • Pays développés – L'œuf et la poule
  • Pays émergents – Quatre thèmes pour 2021-2022
  • Pétrole – Retour à la "vie normale"
  • Politique monétaire – Début de "normalisation"
  • Taux d'intérêt – Pas de sur-réaction à la normalisation monétaire
  • Taux de change – Avantage momentané au dollar
  • Prévisions économiques et financières

En résumé

Tensions sur l'offre et/ou excès de demande, l'inflation accélère, son pic anticipé ne cesse d'être plus haut et son repli vers les cibles des banques centrales plus lointain. Plus que l'inflation, ce sont néanmoins la sortie de crise et des perspectives de croissance encore solides qui motivent les prédictions de resserrements monétaires. Que ceux-ci soient seulement évoqués ou déjà actés, que la stratégie soit en cours d'élaboration ou arrêtée, ils seront prudents. Le tapering américain approche ainsi sans qu'une tempête ne soit redoutée sur les marchés, pour le bien de tous mais surtout des pays émergents.

Monde – Scénario macro-économique 2021-2022 : qui de l'œuf ou de la poule...

La croissance a rebondi au premier semestre et le pic de la reprise est désormais passé. Aux États-Unis, à la faveur de la disparition des mesures exceptionnelles de soutien aux revenus, mais portée par une demande de main-d'œuvre toujours forte et une épargne accumulée encore prête à être consommée, la croissance devrait décélérer tout en se maintenant à un niveau confortable. Notre scénario retient un taux de croissance moyen de 6,1%, puis de 4% en 2022, avec un biais haussier qui intégrera l'impact du nouveau plan budgétaire une fois ses contours enfin dessinés. En zone euro, après un rebond solide, précoce et progressivement plus homogène entre pays, une fois l'effort de rattrapage épuisé, une croissance séquentielle plus faible se mettrait en place. Après une progression moyenne de 5,4% en 2021, la croissance serait encore vivace : 4,4% en 2022, un rythme supérieur au rythme moyen de la décennie pré-crise. Ces scénarios de croissance supposent néanmoins que les contraintes affectant l'offre se desserrent progressivement et lui permettent de satisfaire la demande sans dégénérer en une inflation "pathogène".

Catherine LEBOUGRE, Economiste