Espagne – Inflation, la réponse du gouvernement

Espagne – Inflation, la réponse du gouvernement

En résumé

Le gouvernement espagnol a finalement dévoilé un paquet de mesures visant à atténuer l’impact de la hausse des prix énergétiques. Ces mesures comprendront 10 Mds€ sous forme de prêts garantis par l’État et 6 Mds€ d'aides directes et de réductions des taxes sur l'électricité. Parmi les mesures les plus importantes pour préserver le pouvoir d’achat, le décret prévoit une baisse de 0,2 € sur le prix du carburant pour tous les consommateurs, effective depuis le 1er avril, et une limite à 2% pendant trois mois sur les augmentations des loyers. Le revenu minimum vital est également augmenté de 15% et la prime sociale électrique (remise de 60%-70% sur la facture d’électricité pour les ménages les plus vulnérables) est étendue à 600 000 familles supplémentaires, pour atteindre 2 millions de familles, selon les calculs de l'Exécutif.

Le plan prévoit également une prolongation des mesures de réduction de la facture d’électricité en vigueur depuis l’été de l’année dernière : réduction de la TVA sur l'électricité, suspension de la taxe sur la production électrique et réduction au minimum de la taxe spéciale sur l'électricité. Le décret prolonge ces mesures jusqu'en juin et fait monter leur coût à 4 milliards d’euros pour six mois. La liquidation du système de subventions aux producteurs d’énergies renouvelables (système Recore) qui perçoivent une rémunération supérieure aux 7,1% des fonds engagés et doivent donc restituer des revenus sera avancée. Cela permettra d'utiliser environ 1,8 Md€ pour réduire les charges de la facture d'électricité.

En ce qui concerne les aides aux entreprises, les péages autoroutiers pour les branches d’activité intensives en électricité seront réduits de 80%. La mesure concerne quelque 600 grandes entreprises pour un coût de 500 M€. Il est également prévu de constituer un nouveau fonds de 450 M€ d'aides directes aux entreprises de transport de marchandises et de personnes, et la durée des prêts garantis par l’État et le délai de grâce pour les secteurs les plus touchés seront allongés. Pour le secteur de l'agriculture et de l'élevage, le décret prévoit une aide de 362 M€ et de 68 M€ pour la pêche. De plus, il y a un mécanisme exceptionnel de protection de l'emploi, avec des limitations aux licenciements jusqu'en juin, et les entreprises pourront à nouveau faire appel au dispositif de chômage partiel (ERTE) pour éviter des destructions massives d'emplois si la situation s'aggrave.

Notre opinion – Le paquet de mesures annoncées par le président Sanchez intervient quelques jours après la décision du Conseil européen de reconnaître à l’Espagne et au Portugal leur particularité "d’île énergétique"(1). Il permettra à ces deux pays de plafonner temporairement le prix du gaz utilisé pour produire de l'électricité. Dans ce contexte, l’indice des prix à la consommation (IPC) espagnol a atteint un nouveau sommet en mars et progresse de 9,8% en variation sur un an (après 7,6% en février). Hier, les deux pays ont envoyé une proposition à l'Exécutif communautaire pour limiter le prix maximum du gaz pour les centrales de production d'électricité – centrales à cycle combiné et cogénération, à 30 € par MWh, contre 120 € aujourd'hui. L'augmentation du prix de ce combustible ces derniers mois est le principal facteur de l'escalade du prix de l'électricité, qui est aujourd'hui cinq fois plus élevé qu'il y a un an. Le gouvernement estime que la mesure pourrait faire baisser le prix moyen du marché de gros de l'électricité − sur lequel se basent directement les contrats régulés − à 120 ou 130 € par MWh. Ce chiffre contraste avec les plus de 220 € enregistrés ce vendredi et avec les 284 € en moyenne en mars. Une baisse du prix des factures sur le marché régulé, qui sont celles prises en compte par l'Institut national de la statistique (INE) dans son calcul, se traduirait automatiquement par un assouplissement de l'IPC et contribuerait à réduire l'écart entre le taux d'inflation espagnol et la moyenne de la zone euro, qui est d'environ 2 points de pourcentage sur les derniers mois et s'explique en grande partie par le coût plus élevé de l'électricité.

Article publié le 1er avril 2022 dans notre hebdomadaire Monde – L’actualité de la semaine

(1) L'Union européenne a recommandé en 2002 que tous les pays membres aient une interconnexion d'au moins 10% de leur capacité installée pour la production d'électricité en 2020. Cet objectif a été revu en 2014 et porté à 15% d'ici 2030. Mais aujourd'hui, l'Espagne ne dispose que de cinq liaisons électriques avec la France qui totalisent 2 800 mégawatts (MW) de puissance et représentent 2,8% du total de l'énergie du pays (100 000 MW), loin des 11 000 MW dont elle aurait besoin pour atteindre l'objectif de l'UE fixé il y a deux ans.

Espagne – Inflation, la réponse du gouvernement

Le paquet de mesures annoncées par le président Sanchez intervient quelques jours après la décision du Conseil européen de reconnaître à l'Espagne et au Portugal leur particularité "d'île énergétique". Il permettra à ces deux pays de plafonner temporairement le prix du gaz utilisé pour produire de l'électricité. Dans ce contexte, l'indice des prix à la consommation (IPC) espagnol a atteint un nouveau sommet en mars et progresse de 9,8% en variation sur un an (après 7,6% en février).

Ticiano BRUNELLO, Economiste