Royaume-Uni – Scénario 2021-2023 : stagflation et risque de récession

Royaume-Uni – Scénario 2021-2023 : stagflation et risque de récession
  • Sommaire
  • Synthèse du scénario
  • Focus – Exposition à la guerre en Ukraine
  • Dernières évolutions conjoncturelles
  • La trame de notre scénario
  • Politique monétaire

En résumé

Détérioration des prévisions économiques : l'invasion russe en Ukraine a significativement détérioré les perspectives économiques mondiales. Économie relativement ouverte et importatrice nette de gaz et de pétrole, le Royaume-Uni sera négativement impacté par la crise. La hausse du coût de la vie pèsera sur la consommation des ménages. L'incertitude, l'envolée des coûts de production et le resserrement monétaire et financier affecteront l'investissement privé. Les exportations subiront un coup de frein. Nous avons donc révisé fortement nos prévisions : à la hausse pour l'inflation et le taux de chômage, à la baisse pour la croissance. Nous tablons sur une croissance nulle en moyenne aux deuxième et troisième trimestres, accompagnée d'une forte accélération de l'inflation au-delà de 8% au printemps.

Royaume-Uni – Scénario 2021-2023 : stagflation et risque de récession

La hausse du coût de la vie aura un impact sévère sur la consommation des ménages. Nous anticipons une baisse du revenu disponible réel de 3,5% en moyenne cette année (avec un pic à -4% sur un an au T3) en raison de la hausse de l'envolée de l'inflation, de l'alourdissement de la fiscalité et de la correction des actifs financiers risqués. Normalement une telle chute des revenus réels devrait conduire à une baisse de la consommation des ménages et à une récession de l'activité. Le coussin d'épargne constitué pendant la pandémie devrait néanmoins permettre à la consommation des ménages de résister de manière agrégée et nous anticipons une croissance proche mais légèrement supérieure à zéro de la consommation des ménages. En moyenne annuelle, la consommation des ménages croîtrait de 4,9% en 2022 et de 1,5% en 2023, après 6,2% en 2021, restant le principal contributeur à la croissance du PIB.

Slavena NAZAROVA, Economiste - Royaume-Uni, Pays scandinaves et Irlande