France – Comprendre l'accélération récente et les écarts d'inflation suivant les habitudes de consommation

France – Comprendre l'accélération récente et les écarts d'inflation suivant les habitudes de consommation
  • Une inflation portée par la reprise mondiale
  • Une reprise mondiale à deux vitesses
  • L'impact des tensions sur les prix de l'énergie pour le consommateur
  • Inflation constatée et ressentie, des différences parfois importantes
  • Les limites des indicateurs synthétiques
  • Simuler l'inflation pour différents ménages

En résumé

Le redémarrage de la demande dans les pays développés, alors que certains pays exportateurs continuent d'appliquer une politique zéro Covid, a contribué aux tensions sur les chaînes de valeur mondiales. La forte hausse du prix des matières premières et des biens intermédiaires s'est ensuite partiellement répercutée sur les prix de vente. Selon leur lieu de résidence ou la catégorie socio-professionnelle à laquelle ils appartiennent, les ménages ont des paniers de consommation de biens et services différents. Les ménages consacrant une part plus importante de leur budget à l'énergie, notamment les habitants des communes rurales, les agriculteurs et les ouvriers, subissent ainsi une inflation significativement plus importante depuis plusieurs mois.

France – Comprendre l'accélération récente et les écarts d'inflation suivant les habitudes de consommation

Nous observons des différences d'inflation entre ménages selon la commune de résidence et la catégorie socio-professionnelle. Cela s'explique principalement par la part de l'énergie dans le panier de consommation des ménages. Si, selon l'enquête "Budget de famille", l'énergie représente 9% des dépenses de consommation des ménages dans l'ensemble de la population, sa part varie de 6,7% pour un cadre à 10,4% pour un ouvrier et même 11,8% pour un agriculteur. Selon la commune de résidence, les disparités sont encore plus fortes, puisque les habitants des communes rurales consacrent 12,1% de leur budget consommation à l'énergie (chauffage et carburant principalement), contre 7,7% pour les habitants des grandes villes et seulement 5,7% dans l'agglomération parisienne.

Pierre BENADJAOUD, Economiste