Russie, États-Unis, Ukraine – Le moment Cuba

Russie, États-Unis, Ukraine – Le moment Cuba
  • Don't look East ou le retour du syndrome de Zweig...
  • Attention à l'hostilité des peuples qui s'est construite depuis 2014, attention aux narratifs politiques binaires...
  • Poutine et Biden ont plus intérêt à être faiseurs de paix que de guerre
  • En Russie, quatre piliers extérieurs sous-tendent les arbitrages stratégiques
  • La politique intérieure va jouer son rôle dans les choix de V. Poutine, mais aussi dans des scénarios de conflits. Quelle est\la marge du président ?
  • Le piège stratégique pour les États-Unis?

En résumé

Les tensions extrêmes autour de l'Ukraine matérialisent, dans cette région, la grande recomposition géopolitique en cours dans le monde entier. Elles témoignent autant de dynamiques locales que globales. C'est dans ces deux dimensions qu'il faut les lire et non comme une histoire de conflit localisé ou singulier. Que le conflit armé se déclenche ou pas, ces tensions marqueront une rupture dans l'idée que nous nous faisions (nous, au sens habitants des vieilles démocraties occidentales) de notre environnement géopolitique, avec cette évidence que des guerres traditionnelles sont à nouveau possibles, dans un environnement proche, voire dans des pays dit développés.

Russie, États-Unis, Ukraine – Le moment Cuba

Malgré la montée des tensions, V. Poutine et J. Biden ont toujours plus d'intérêt géopolitique et de politique intérieure à être des faiseurs de paix que de guerre. Et il ne faut pas oublier que la crise de Cuba a débouché sur de grands accords de désarmement…. Mais pour cela, il faudrait au préalable trouver un règlement win/win russo-américain du conflit en Ukraine, et le faire accepter au Congrès américain, aux Ukrainiens, ainsi qu'aux Européens de l'Est, de l'Ouest, et du Nord, dont les intérêts stratégiques sont asymétriques face à la question russe.

Tania SOLLOGOUB, Economiste