Espagne – 9 milliards d'euros supplémentaires pour lutter contre l'inflation

Espagne – 9 milliards d'euros supplémentaires pour lutter contre l'inflation

En résumé

Le président du gouvernement Pedro Sánchez a annoncé cette semaine les mesures incluses dans le nouveau décret anti-crise. Avec ce nouvel ensemble de mesures, valable jusqu'au 31 décembre, l'exécutif entend contenir l'inflation de 3,5 pp. Le décret représente un effort budgétaire de 9 milliards d'euros. Outre la prolongation jusqu'à la fin de l'année de toutes les aides temporaires approuvées dans le décret de printemps (l'aide de 20 centimes par litre sur le carburant, dont la prolongation coûtera un peu plus de 4 Mds€, le bonus social ou la suspension des expulsions), les nouvelles mesures se concentrent principalement sur les ménages.

  • Une aide directe de 200 € pour les ménages ayant des revenus inférieurs à 14 000 € par an et un patrimoine inférieur à 43 196 €. Le gouvernement estime que cette mesure bénéficiera à quelque 2,7 millions de foyers et coûtera 540 millions d'euros.
  • L'augmentation de 15% des pensions non contributives de retraite et d'invalidité, ainsi que du revenu minimum vital (RMV). Le renforcement des deux avantages profitera à plus de 800 000 foyers, selon les calculs de l'exécutif.
  • La réduction de 50% sur le coût des abonnements et des titres de transport multi-trajets, qui entrera en vigueur à partir du 1er septembre.  
  • Aussi, la TVA sur l'électricité passera de 10% à 5%. Cette mesure profitera à tous les ménages, indépendants et entreprises espagnols (27,7 millions), quel que soit le type de tarif qu'ils ont contracté et leur consommation habituelle.
  • La suspension de la taxe de génération de l'électricité et la réduction de la taxe spéciale sont maintenues au minimum autorisé par la Commission européenne : 0,5%, contre 5,1% habituellement. La baisse de la fiscalité intervient après que le plafonnement du prix du gaz naturel pour la production d'électricité, entré en vigueur il y a quinze jours, donne moins de résultats que prévu à ce jour : dans sa première semaine d'application, la baisse du prix du gaz d'électricité sur le marché réglementé était d'environ 11%, contre une fourchette comprise entre 15 et 20% prévue par le gouvernement.
  • Finalement, un nouvel impôt qui taxera les bénéfices extraordinaires des grandes entreprises énergétiques sera créé. Il affectera non seulement les compagnies d'électricité, mais aussi les compagnies pétrolières et gazières, celles qui ont vu leurs bénéfices augmenter le plus en raison de la crise énergétique. Il entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2023, mais portera sur les bénéfices récoltés en 2022.

Le texte de loi arrivera au Congrès dans les prochaines semaines, selon le gouvernement, avec l'objectif de répartir le poids de l'effort pour faire face à une inflation élevée.

     
Notre opinion – Le deuxième plan en moins de trois mois pour atténuer la spirale inflationniste apparaît quelques jours avant la publication du chiffre d'inflation de juin : 10,2% en glissement annuel, du jamais vu depuis 1985. La bataille contre la hausse des prix en Espagne a commencé il y a un an. Le 25 juin 2021, l'exécutif annonçait le premier décret de mesures visant à atténuer la hausse des prix de l'énergie, alors focalisé sur le prix de l'électricité. Puis, à l'automne, il proposait des mesures pour contenir la hausse des prix de gros. Le 29 mars 2022, le gouvernement a lancé un plan contre les effets de la guerre qui comprenait une subvention à l'essence de 20 centimes par litre comme principale mesure. Avec le décret actuel, toutes les mesures de ces plans seront prolongées. Selon les calculs du gouvernement, l'IPC pourrait être abaissé de 3,5 points. Jusqu'à présent, les aides fiscales à l'électricité n'ont réduit l'inflation que d'un point.

Article publié le 1er juillet 2022 dans notre hebdomadaire Monde – L'actualité de la semaine

Espagne – 9 milliards d'euros supplémentaires pour lutter contre l'inflation

Finalement, un nouvel impôt qui taxera les bénéfices extraordinaires des grandes entreprises énergétiques sera créé. Il affectera non seulement les compagnies d'électricité, mais aussi les compagnies pétrolières et gazières, celles qui ont vu leurs bénéfices augmenter le plus en raison de la crise énergétique. Il entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2023, mais portera sur les bénéfices récoltés en 2022.

Ticiano BRUNELLO, Economiste