Italie – Politique : la fin d'un miracle ou comment la politique a eu raison de Mario Draghi

Italie – Politique : la fin d'un miracle ou comment la politique a eu raison de Mario Draghi
  • Les faits
  • La genèse d'une crise
  • La folle journée parlementaire du 20 juillet
  • La carte électorale du centre-droit
  • Et maintenant ?

En résumé

Les jeux politiques en pleine campagne électorale auront eu raison de la persévérance de Mario Draghi qui, au cours des six derniers mois, a tout tenté pour préserver l'union nationale en dépit des chantages et des ultimatums de ses partenaires. 

Le coup porté par le Mouvement cinq étoiles a été celui de trop, forçant le Premier ministre à présenter sa démission pour mettre les partis devant leurs responsabilités. 

Mais c’est le centre-droit qui a asséné le coup de grâce au gouvernement, plongeant de nouveau le pays dans l'incertitude d’élections anticipées. Alors que l'Europe s'inquiète de voir l'Italie sombrer de nouveau dans la crise politique à un moment où le pays doit faire face à une crise énergétique et à une hausse des taux, il semblerait que les stratégies politiciennes aient pris le pas sur le sens des responsabilités.

Italie – Politique : la fin d'un miracle ou comment la politique a eu raison de Mario Draghi

Les partis ont moins d'un mois et demi pour faire campagne. Le centre-droit devrait se présenter sous la forme d'une large coalition que la crise semble avoir consolidée. La campagne des droites sera cependant marquée par une bataille de leadership entre les deux figures du mouvement que sont Giorgia Meloni, présidente de Fratelli d'Italia qui reste en tête dans les sondages, et Matteo Salvini, qui risque sa place en tant que chef de la Ligue en cas d'échec. Quant au parti de Silvio Berlusconi, la crise lui a coûté certains de ses cadres historiques qui représentaient l'aile centriste de Forza Italia.

Sofia TOZY, Economiste