Scénario trimestriel − Entre le marteau et l'enclume

En résumé

La tendance à la reprise sur laquelle les grandes économies étaient installées s'infléchit, voire se rompt, sous l'influence d'une inflation nettement revue à la hausse, plus diffuse et plus durable. Stimulés par l'inflation et des resserrements monétaires plus volontaristes et plus précoces, redressement et volatilité accrue des taux d'intérêt ont vocation à se poursuivre. En zone euro, ces mouvements se doublent de tensions sur les primes de risque souverain qui préoccupent la BCE.

En zone euro, fondamentaux solides du secteur privé et rebond post-Omicron ne font pas le poids face aux dégâts liés à la guerre. La réduction des livraisons de gaz et l'embargo sur le pétrole et le charbon russes constituent un choc négatif d'offre important mais encore contenu et localisé. Selon les possibilités de substitution et selon le rôle plus au plus moins critique que le gaz occupe dans les processus de production, secteurs et pays sont diversement affectés. Mais, c'est via l'inflation, la réduction du pouvoir d'achat et la demande que la baisse d'approvisionnement en énergie russe exerce principalement ses effets dépressifs. Alors que la réponse des salaires est supposée modérée, les mesures des États en faveur des ménages et le soutien supplémentaire du surplus d'épargne accumulé avec la crise ne compensent pas entièrement la perte de pouvoir d'achat qui se traduit par un net ralentissement de la consommation des ménages.