Afrique du Sud – Les indices PMI témoignent des difficultés du mois d'avril

Afrique du Sud – Les indices PMI témoignent des difficultés du mois d'avril

En résumé

En Afrique du Sud, l’indice des directeurs d’achat (PMI) manufacturier du Bureau of Economic Research pour le mois d’avril s’est établi à 50,7 points, en forte baisse par rapport aux 60 points du mois de mars. Pour l’ensemble du secteur privé, le PMI établi par S&P Global est passé de 51,4 en mars à 50,3 en avril. Les indicateurs avancés demeurent donc tout juste en territoire d’expansion, au-delà de 50.

Ces baisses d’un mois sur l’autre témoignent des difficultés internes et des tensions externes auxquelles l’Afrique du Sud a fait face au mois d’avril.

Les perturbations sur l’offre du fait des conséquences du conflit en Ukraine se font de plus en plus ressentir pour les producteurs sud-africains, en termes d’approvisionnement comme de prix. Au mois de mars, l’indice des prix à la production augmentait ainsi de 11,9% sur un an.

Du côté de la demande, les inquiétudes sur la croissance mondiale et les confinements en Chine pèsent sur le sentiment des chefs d’entreprises. La Chine compte pour environ 11% des exportations de l’Afrique du Sud, mais son poids est beaucoup plus élevé pour certaines des exportations minérales clés du pays. La demande chinoise en minerai de fer représente ainsi 40% des exportations sud-africaines de ce produit.

Le niveau de demande extérieure en matières premières sera un déterminant important des performances économiques du pays cette année, alors que la dynamique du prix de ses exportations lui permet pour l’instant d’amortir le renchérissement de ses importations.

Surtout, le pays a fait face au mois d’avril à des perturbations internes qui ont significativement affecté l’activité économique. La plus visible a été les inondations meurtrières dans la province du KwaZulu-Natal. Dans cette région au sud-est du pays qui abrite le principal port du pays, à Durban, les pluies massives ont détruit de nombreuses infrastructures de transport et désorganisé les chaînes logistiques. Les entreprises implantées dans la province, nombreuses dans l’industrie, l’agriculture et le transport, ainsi que celles dépendantes du port de Durban pour leur logistique, ont donc subi des perturbations importantes.

Par ailleurs, les problèmes structurels de production d’électricité de l’opérateur national Eskom ont largement pesé sur l’activité. En avril, la disponibilité des capacités de production en électricité s’est encore détériorée, atteignant seulement 55,7% du parc durant la troisième semaine du mois. Par conséquent, les délestages impromptus - comme les coupures de courant par rotation planifiées - se sont multipliés.

Ces tensions énergétiques ont contraint la production des entreprises sud-africaines en avril. Surtout, les difficultés d’Eskom ne montrent pas de signes d’améliorations : les mesures de performance depuis le début de l’année 2022 se situent toutes en dessous des moyennes de 2021. Cela continuera donc de peser sur les perspectives économiques du pays, avec une croissance entravée.

Article publié le 6 mai 2022 dans notre hebdomadaire Monde – L’actualité de la semaine

Afrique du Sud – Les indices PMI témoignent des difficultés du mois d'avril

Le pays a fait face au mois d'avril à des perturbations internes qui ont significativement affecté l'activité économique. La plus visible a été les inondations meurtrières dans la province du KwaZulu-Natal. Dans cette région au sud-est du pays qui abrite le principal port du pays, à Durban, les pluies massives ont détruit de nombreuses infrastructures de transport et désorganisé les chaînes logistiques. Les entreprises implantées dans la province, nombreuses dans l'industrie, l'agriculture et le transport, ainsi que celles dépendantes du port de Durban pour leur logistique, ont donc subi des perturbations importantes.

Thibault ALIX , Economiste