Allemagne – La production des branches à haute intensité énergétique davantage touchée !

Allemagne – La production des branches à haute intensité énergétique davantage touchée !

En résumé

La production industrielle hors énergie et construction a reculé de 0,1% sur un mois en août, après -0,6% en juillet. Cette chute d’activité s’explique par une baisse de la production de biens intermédiaires (-2,4% sur le mois), tandis que les productions en biens de consommation (+1,8%) et en biens d’investissement (+1,2%) ont à l’inverse soutenu la production globale. En dehors de l’industrie, la production dans la construction s’est repliée de 2,1% et la production d’énergie de 6,1%. L’ensemble du secteur industriel allemand a globalement été affecté par des problèmes de transport de marchandises par voie fluviale en raison du bas niveau des eaux du Rhin sur la période concernée.

De même, les problèmes d’approvisionnement en produits intermédiaires ont continué de peser sur la capacité des entreprises à finaliser leurs commandes. L’enquête Ifo du mois d’août souligne encore un grand nombre d’entreprises (62% de celles interrogées) déclarant subir des goulets d’étranglement nuisant à leur activité. En parallèle, les commandes industrielles ont chuté de 2,4% sur un mois en août, tirées à la baisse par la demande domestique (-3,4%) et intra-zone euro (-3,8%). Le stock d’arriérés de commandes persiste depuis la crise sanitaire et demeure encore aujourd’hui élevé. Les nouvelles commandes de véhicules automobiles, de machines et équipements, produits informatiques et électroniques se sont sensiblement redressées durant le mois. À l’inverse, les commandes de produits chimiques et de papiers chutent nettement.

Par ailleurs, l’inflation énergétique nuit plus durement aux secteurs les plus énergivores que sont l’industrie chimique, la métallurgie, le raffinage, la verrerie et l’industrie papetière. La production industrielle dans ces branches à plus forte intensité énergétique a chuté de 2,1% sur un mois en août, soit un repli plus important que dans l’ensemble de l’industrie. Depuis février 2022, la chute de la production industrielle dans les industries énergi­vores est de 8,6%, tandis que dans l’ensemble de l’industrie le recul n’atteint que 2,1%, soit une baisse quatre fois plus importante.

Notre opinion – La production industrielle allemande n’accuse qu’un faible repli au mois d’août, mais les tensions sur l’approvisionnement demeurent et surtout la hausse de la facture énergétique inflige des dégâts de plus en plus importants dans les branches à haute intensité énergétique. Ces dernières doivent ralentir ou arrêter partiellement des chaînes de production pour tenter de conserver leur rentabilité.

À ce stade, l’acquis de croissance laissé sur le T3 reste néanmoins positif (+0,4%). Mais les perspectives durant la période hivernale s’annoncent clairement davantage orientées à la baisse avec une inflation énergétique nettement plus forte jusqu’à la fin de l’année, ce qui aura pour conséquence de freiner davantage la demande domestique et pénalisera la production industrielle et la croissance. 

Article publié le 7 octobre 2022 dans notre hebdomadaire Monde – L’actualité de la semaine

Allemagne – La production des branches à haute intensité énergétique davantage touchée !

La production industrielle allemande n'accuse qu'un faible repli au mois d'août, mais les tensions sur l'approvisionnement demeurent et surtout la hausse de la facture énergétique inflige des dégâts de plus en plus importants dans les branches à haute intensité énergétique. Ces dernières doivent ralentir ou arrêter partiellement des chaînes de production pour tenter de conserver leur rentabilité.

Philippe VILAS-BOAS, Economiste