Allemagne ‒ Scénario 2022-2023 : sobriété, un moindre prix à payer !

Allemagne ‒ Scénario 2022-2023
  • Synthèse
  • Dernières évolutions conjoncturelles
  • La trame de notre scénario
  • Focus : les industries énergivores sous pression

En résumé

Les tensions inflationnistes liées à l'arrêt des flux gaziers russes mettent le gouvernement allemand face au double défi d'un hiver rigoureux et d'un arrêt contraint des secteurs énergivores. Le remplissage des réserves, l'usage des centrales à charbon et même nucléaires devraient permettre de passer l'hiver moyennant une sobriété volontaire. Mais certaines industries se heurteront à l'envolée des coûts énergétiques pénalisant ainsi la croissance dont nous estimons qu'elle pourrait reculer de 0,4% en 2023.

Allemagne ‒ Scénario 2022-2023

Les secteurs industriels les plus en difficulté économiquement face à une montée brutale des prix de l'énergie sont ceux de l'industrie chimique, de la métallurgie, du raffinage, de la verrerie-céramique et enfin du papier-carton. Ces cinq secteurs consomment à eux seuls les trois quarts de l'énergie consommée dans toute l'industrie allemande (gaz et électricité confondus). Cependant, ces industries ne représentent qu'une faible part du nombre des entreprises (15%), de l'emploi (15%) et de la valeur ajoutée (21%) de l'ensemble du secteur industriel. Si ces industries à forte consommation d'énergie venaient à fermer certaines chaînes de production pour faire face à la hausse de la facture énergétique, le choc d'activité serait limité et pourrait difficilement dépasser ceux observés durant la crise sanitaire ou la crise financière de 2009. Cependant, les chaînes de valeur de l'ensemble des secteurs seraient perturbées par ces interruptions. L'industrie automobile, par exemple, serait inévitablement impactée par une moindre production des secteurs de la métallurgie ou de la verrerie.

Philippe VILAS-BOAS, Economiste